DR
Animations
Liberté artistique, censure et exil
Théâtre du Châtelet
Janvier 2020 verra naître, à l’initiative de la ville de São Paulo, la première édition du festival international #VerāoSemCensura / #CitiesWithoutCensorship.

Du 17 janvier au 31 janvier, performances, conférences et ateliers de création se multiplieront dans la plus grande ville du Brésil pour faire entendre une réponse artistique et militante face à la multiplication des intimidations et restrictions à la liberté d’expression de la société civile et des artistes.

Plusieurs dizaines d’établissements à Milan, Barcelone, Londres, Lisbonne et Amsterdam ont répondu à cet appel pour témoigner de leur soutien aux établissements culturels et aux créateurs brésiliens.

Pour célébrer la démocratie et la liberté d’expression, le Théâtre du Châtelet et l’Atelier des Artistes en Exil s’associent à cette initiative et vous invitent le 31 janvier à 18h à une conférence-débat au foyer Nijinski.

Trois artistes, originaires du Venezuela, du Pakistan et de la République démocratique du Congo témoigneront de leur parcours d’exil, vous présenteront leur travail artistique et partageront leur expérience de la censure.


1/ Cristóbal Ochoa – Venezuela

Né en 1986 à Caracas au Venezuela, Cristóbal Ochoa fait des études de sculpture aux Beaux-arts de Caracas (UNEARTE). Ses œuvres font partie de collections publiques et privées au Venezuela et à l’international. Primé à plusieurs reprises, ses travaux sont montrés en Chine, en Corée du Sud, en Angleterre, en Espagne, en Colombie, aux États-Unis, au Mexique et au Pérou. Ses photos, vidéos et interventions artistiques urbaines dénoncent la crise de son pays. Il se réfugie en France en 2017. Membre de l’atelier des artistes en exil depuis 2018, il expose à 9 Hôtel Opéra, L’Espace Commines et participe à Visions d’exil 2019.

2/ Sara Farid – Pakistan

Née en 1979 à Ralwalpindi au Pakistan, Sara Farid est artiste-photographe et journaliste. Elle publie dans des parutions nationales et internationales (Le Monde, Le New York Times, AFP, Reuters et The Guardian) ; expose au Pakistan et ailleurs. Elle s’intéresse aux femmes, aux communautés déplacées et marginalisées. Forcée de fuir son pays, elle trouve l’asile en France en 2018 et devient membre de l’atelier des artistes en exil, ainsi que de la maison des journalistes. Elle présente son travail à la Cité internationale des arts – Site de Montmartre (festival Visions d’exil 2018), à La Villa Rose (Wize women), répond à une commande de la Fondation Camargo.

3/ Djino Kaporedji – République démocratique du Congo

Né en 1980 à Boma en République démocratique du Congo, Serge Kaporedgie est chanteur, compositeur, interprète et producteur de rumba. Il débute en 2002 avec le groupe Wenge BCBG à Kinshasa, avec lequel il effectue une tournée internationale en 2009. Il démarre sa carrière solo en 2013 et sort un premier album, Commandant du Bord, en 2015, composé avec Mass Bass Bintsamu, bassiste qui l’accompagne sur toutes ses dates depuis qu’il a rejoint la France et l’atelier des artistes en exil en 2018.


Informations
pratiques

Théâtre du Châtelet
1 place du Châtelet
75001 Paris

Dates

Le vendredi 31 janvier 2020
de 18h à 19h30

Prix

0 €

Sur réservation

S'y rendre

  • 1, 4, 7, 11, 14 : Châtelet (47m) 4 : Cité (289m)

Par ici la compagnie !