Le Paris des Parisien·ne·s
Laurent Sciamma, un bonhomme féministe sur scène
Depuis le mois de septembre, Laurent Sciamma joue toutes les semaines son spectacle « Bonhomme » au Café de la Gare. Celui qui se dit « passionné par le présent » et en résistance, présente un one-man-show engagé, singulier et sincère avec pour thème la lutte féministe et la masculinité post #MeToo.
Laurent Sciamma

Il y a cinq ans, Laurent Sciamma quittait son job dans la communication pour se lancer dans la comédie, sa passion depuis toujours. « Un jour, j’ai réalisé que mon rêve c’était de faire de la scène ». Cette dernière vient combler une frustration créative qui lui pèse et représente pour lui la synthèse de tout ce qui l’intéresse : l’humour, le théâtre, l’écriture et le politique.

Il débute sur scène au théâtre des 3 Bornes, un lieu très cher à son cœur. Là-bas, il propose « Une heure debout », un seul-en-scène sans programme établi, qui lui permet de tester son écriture et de peaufiner son style, inspiré par l’incarnation scénique et l’engagement de Jamel, Florence Foresti ou encore l’américain Richard Pryor. Déjà, son humour est politique et l’égalité femmes-hommes, tout comme l'injonction à la virilité, en sont des thèmes récurrents.    

1
La Comédie des 3 bornes
C'est le théâtre qui m'a donné ma chance. C'est petit et c'est un lieu pas mal dédié à l'humour. J'y ai trouvé une équipe formidable qui soutient les jeunes artistes en développement.
Comédie des Trois Bornes
32 rue des Trois Bornes
PARIS 11E
2
AVE Pizza Romana
A deux pas de la Comédie des Trois Bornes, l'une des rares pizzerias de Paris qui fait des pizzas à la romaine, très grandes et à pâte fine. Et le lieu est hyper beau !
AVE Pizza Romana
90 rue de la Folie Méricourt
Paris 11E

Cette conscience aussi éveillée à la cause féministe, il la doit en grande partie aux femmes de sa vie, notamment ses grandes sœurs (dont la scénariste et réalisatrice Céline Sciamma) et celle avec qui il a partagé sa vie pendant dix ans. Avec Bonhomme, il raconte son empathie et son admiration sincère pour celles dont il a observé le quotidien et qu'il considère comme des héroïnes. Dès l’enfance, il rejette certaines injonctions liées à son genre masculin et ne comprend pas, par exemple, quel intérêt il y a à aller courir comme un dératé dehors ou se bagarrer quand on peut danser avec ses sœurs et jouer à la Barbie...      

Le mouvement politique « #MeToo », qui fait suite en 2017 à la publication des enquêtes accusant Harvey Weinstein d'agressions sexuelles, lui confirme que ses anecdotes intimes viennent rencontrer un mouvement sociétal historique. C’est le moment pour lui de se lancer dans la création du spectacle Bonhomme.  


Bonhomme - Laurent Sciamma

Laurent Sciamma se pose longuement la question de sa légitimité à bâtir un one-man-show autour de ces thématiques. En tant qu’homme humoriste, il est forcément attendu au tournant par des féministes fatiguées que la couverture médiatique ne revienne toujours qu'aux hommes. Alors l’humoriste travaille et retravaille ses textes pour trouver les bons angles, éviter toute ambiguïté sur ses intentions et proposer un spectacle qui soit engagé du début à la fin.

Je ne voudrais surtout pas m’approprier des concepts que des féministes chercheuses et militantes ont mis des années à développer.

Laurent Sciamma

Pour lui, il ne s’agit pas de proposer un spectacle SUR le féminisme mais bien d’incarner un homme féministe et déconstruit, capable d’intégrer tous ces concepts et d’être actif dans son soutien aux femmes.
Il y a encore peu, l’humoriste jouait parfois pour des salles de moins d’une dizaine de personnes. Mais le bouche-à-oreille autour du spectacle a fonctionné, et il est passé des 45 places de la Comédie des Trois Bornes aux 300 places du Café de la Gare.       

3
Le Café de la Gare
Cette salle au cœur du Marais a toute une histoire de contre-culture que je trouve belle et importante. Elle a été créée en 1969 et a vu passer Coluche, Miou-Miou, Renaud, Depardieu... 
Le Café de la Gare
41 rue du Temple
Paris 4E

L’humoriste souhaite montrer qu’on peut aborder la question des rapports femmes/hommes sous un prisme moins caricatural, de façon positive et harmonieuse. Sortir de la mise en scène systématique des antagonismes, des sempiternels « nous les garçons », et « vous les filles ». « Parce que moi je ne me retrouvais pas dans tous ces clichés, moi je ressemble beaucoup à mes sœurs, moi ma meuf ne m'ennuyait pas quand elle me racontait ses histoires...». Son souhait ? Faire œuvre utile pour la cause en mêlant intime et politique.     

Avec ce spectacle, j’ai trouvé ma place, mon endroit, je veux raconter ces choses et mon point de vue car je ne l’entends pas ailleurs.

Laurent Sciamma

Laurent Sciamma donne de sa personne sur scène, investit l'espace, loin du stand-up sur tabouret. En témoignent les segments "être un homme féministe dans le métro aux heures de pointe" ou encore "comment ne pas être inquiétant le soir dans la rue", qui se prêtent à moult contorsions et autres mimes absurdement drôles. Le spectacle commence légèrement puis gagne en densité progressivement. Adepte d’un humour de situations et de gags, l’humoriste sait créer des ruptures, des temps de retour au sérieux bien placés, pour transmettre au public la sincérité de ses convictions. Après avoir exposé sa pleine et entière solidarité avec les femmes, Laurent Sciamma ose et va plus loin, jusqu’à avouer avoir souvent eu honte d'être un homme. Cependant, son humour n’est jamais cynique ou complètement désabusé. Conscient de ses privilèges, il déclare: « C’est quasiment de ma responsabilité d’être enthousiaste, je suis tellement un privilégié, je suis un homme blanc, hétéro, cisgenre, de la classe moyenne, bien sûr qu’il faut que je sois optimiste,  pour celles et ceux qui n’ont pas ne serait-ce que le loisir de l’être… »             

Alors c’est quoi, être un homme féministe en 2020 ? L’inévitable question est posée, et Laurent Sciamma sait très bien y répondre. Être un homme féministe en 2020, c’est être un homme solidaire de façon active, en ayant conscience de ses privilèges. Ça n'est pas juste un programme philosophique et intime, d’être un mec bien. Un homme féministe, c’est un homme déconstruit, qui résiste et accompagne la résistance au système patriarcal et masculiniste dans lequel on vit.

Pour moi, le féminisme, c’est un contre-projet politique. De la même manière que le patriarcat est un projet politique.

Laurent Sciamma

Laurent Sciamma a grandi à Cergy et n’est arrivé à Paris qu’à l’âge de 20 ans. Cette ville qu'il qualifie "d'un peu folle", il y est tout de même extrêmement attaché, surtout depuis qu’il a trouvé son chez-lui au cœur du 20ème arrondissement, son quartier préféré. Il nous parle de deux endroits qu’il affectionne particulièrement. 

4
Zagros
Zagros, c'est un resto kurde type cantine hyper vivante. La nourriture est excellente et les restaurateurs trop sympas !
Zagros
58 boulevard de Ménilmontant
Paris 20E
5
La Bellevilloise
Ça me réjouit toujours autant de m'y rendre, c'est un lieu qui a vraiment une âme, une histoire politique. 
La Bellevilloise
19-21, rue Boyer
PARIS 20E

Ami·e·s féministes fatigué·e·s par les batailles quotidiennes contre les vicissitudes du patriarcat et la lutte en général, accordez-vous une pause bien méritée du côté du Marais. Laurent Sciamma vous y attend pour presque 2h d’un spectacle vraiment marrant, intelligent, et finement incarné. Emmenez-y vos ami·e·s "plus humanistes que féministes", ah et aussi ceux qui pensent que décidément "on ne peut plus rire de rien".

Bonhomme, un spectacle de Laurent Sciamma

Le Café de la Gare
41 rue du Temple , 75004 Paris

Du lundi 3 février 2020 au samedi 9 mai 2020

payant
évènement terminé