Actualités
Fêter l'océan, c'est pas sorcier avec l'Aquarium tropical
Rendez-vous en ligne sur le site de l'Aquarium tropical de Paris pour la 4e édition de la Fête de l'Océan, le 6 juin. Un samedi en immersion numérique pour connaître les secrets abyssaux du grand bleu et de ses habitants.
Fête de l'ocean

Contre vents et marées, qui l'ont secoué ces dernières semaines, l'Aquarium tropical de Paris fêtera bel et bien l'océan comme il se doit, le samedi 6 juin. Ce poumon bleu, qui représente tout de même 70 % de la surface du globe, est aujourd'hui menacé, et lui rendre hommage pour le préserver est plus que jamais nécessaire. C'est pourquoi le musée de la porte Dorée et Fred Courant, célèbre animateur scientifique (de Fred et Jamy, « C'est pas sorcier ! »), célébreront cette 4e édition à travers diverses activités ludiques et participatives, en direct des réseaux sociaux.

Des côtes bretonnes à celles de la Réunion, des îles de la Société aux mangroves de Guyane, de la cuisine d’un chef étoilé aux fonds marins de la Méditerranée, plus d’une vingtaine de chercheurs, médiateurs scientifiques, plongeurs, cuisiniers, entrepreneurs viennent témoigner de leur engagement pour la biodiversité océanique.

Cette année, les partenaires présenteront une émission en ligne diffusée sur Facebook et YouTube. Elle s'articulera sur des séquences avec des experts de la vie marine et des quizz pour toute la famille. Le public est invité à poser des questions aux spécialistes en direct et à relever des défis depuis chez eux. 

Fête de l ocean

Le programme du samedi 6 juin

Tout d'abord, une semaine avant la fête, le public est convié à envoyer sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FêteLocéan, des photos, montages, maquettes, vidéos, poèmes évoquant l’océan. Les meilleures productions seront présentées dans l’émission de 17 h.

À 12 h (30 minutes)

Vous n'êtes pas sans savoir que nos assiettes sont dans le viseur des médias et autres et que certain·e·s peuvent se sentir perdu·e·s dans leur manière de consommer. On se détend, nous ne sommes pas là pour juger. Cet atelier interactif avec Marine Stewardship vous permettra d'y voir peut-être un peu plus clair sur la consommation responsable.

Puis rendez-vous sur l’île de la Réunion avec l’Agence pour la recherche et la valorisation marines (ARVAM) pour partir à la découverte des coulées de laves immergées du Piton de la Fournaise, progressivement colonisées par la faune et la flore sous-marine. Et enfin direction l’Ile Sainte-Marie, sur la côte est de Madagascar, où l’association Cétamada forme les guides naturalistes à l’observation et l’étude des baleines à bosse qui viennent se reproduire pendant l’hiver austral. Cétamada présentera ses missions de sciences participatives, d’éducation à l’environnement et de sensibilisation de l’ensemble de la population à la préservation de ces mammifères marins.

À 17 h (90 minutes)

Les baleines, de l’océan Indien à la mer des Caraïbes, Olivier Adam, bio acousticien, et François Sarano, plongeur océanographe et responsable scientifique des expéditions Cousteau, évoqueront les cachalots, les baleines à bosse, les grands dauphins, avec un direct depuis la réserve Cousteau du parc national de Guadeloupe où les associations Terre-Mer-Veille et Evasion tropicale proposeront d’écouter les paysages acoustiques sous-marins.

Après cet épisode sur la préservation des cétacés dans les DOM-TOM, retour en Métropole pour un enquête qui amènera les internautes à la découverte de trois lieux :

  • Les côtes rocheuses de Bretagne, avec Michel Hignette, directeur de l’Aquarium tropical de 1985 à 2015, et le Centre d’étude et de valorisation des algues (CEVA),
  • Les lagunes d’Occitanie avec le CPIE du bassin de Thau qui présentera ses initiatives de sciences participatives pour la protection de l’environnement des lagunes,
  • Les fonds marins de Banyuls-sur-Mer avec les chercheurs du laboratoire Arago du CNRS / Sorbonne Université, où l’envahissante algue verte Caulerpa racemosa entre en compétition avec les espèces locales.
Baleine à bosse

La Fête de l'Océan continue dans l'atlantique Nord, Des chercheurs de l’Université de Brest et du CNRS de Guyane présenteront, en direct de Cayenne, la mangrove de Guyane. Ce littoral, le seul qui progresse vers le large au lieu de reculer sous l’effet de l’érosion marine, abrite d’innombrables espèces adaptées à une salinité très variable. C’est une véritable nurserie pour de nombreuses espèces et aussi une source de nourriture pour l’homme.

L'enquête se poursuit par un tour du monde en plusieurs étapes des incontournables récifs coralliens, menacés par le réchauffement climatique. De la Polynésie à l'Indonésie en passant par les îles Marquises, découvrez les recherches  du CNRS. Un fabuleux chapitre de cette édition à ne pas rater. 

Pour clore la journée, des équipes de joueurs sélectionnées par Surfrider Foundation Europe élaboreront la    « Fresque de l’océan », un atelier pour mieux comprendre le monde marin et s’engager pour protéger notre planète. Sa conceptrice Alice Vitoux présentera la fresque et son intérêt éducatif. Pour participer, c'est par ici.