Sélections
Monuments historiques : les plus beaux cinémas parisiens
Façades d'immeubles, lieux cultuels, théâtres... La capitale regroupe près de la moitié des monuments historiques de l’Île-de-France… On vous propose une petite balade à la découverte des plus beaux cinémas de Paris classés monuments historiques. Pour tous ceux qui souhaitent mêler amour du patrimoine à la magie du grand écran.
Le Louxor

1 - Le Grand Rex (2e)

Façade du Grand Rex

Ce cinéma géant - la grande salle peut accueillir 2.700 personnes - est un incontournable parisien. Réalisé dans le style Art Déco des années 30, les façades extérieures et les décors intérieurs vont vous éblouir. En outre, la salle du Grand Rex possède le plus grand écran de cinéma d’Europe. Baptisé « Grand Large », il a été inauguré pour la première du film Le Grand Bleu de Luc Besson en 1988. 

Pour la petite histoire...

Jacques Haïk, riche producteur et distributeur dans le cinéma, se lance dans la construction d'une salle de cinéma complètement extravagante (avec un plafond culminant à plus de 30 mètres, représentant une voûte étoilée). Tous les rêves de ce visionnaire seront réalisés le 8 décembre 1932 lors de l'inauguration du Grand Rex, le plus grand cinéma d'Europe. Pendant l'occupation, il sera réquisitionné par l'armée allemande, et en 1942, il est victime d'un attentat à la bombe. 

Pinocchio est le premier Disney a être projeté au Rex le 22 mai 1946. Et dès 1954, la « féerie des eaux », des jeux d'eau animent la grande salle chaque année à Noël, peu avant la projection du film Disney de fin d'année.

Le Grand Rex est un modèle réduit du célèbre Radio City Music Hall de New York.

Le cinéma et sa façade art-déco ont été inscrits à l'inventaire des monuments historiques en 1981.

Cinéma Le Grand Rex
1 boulevard poissonniere 75002 PARIS
Bonne Nouvelle, ligne 8, 9
Voir le lieu

2 - Cinéma Le Champo (5e)

Cinéma Le Champo

Installé à l’angle de la rue des Ecoles et de la rue Champollion dans le 5e arrondissement, ce cinéma d’art et d’essai fait à lui seul la réputation cinéphile du Quartier Latin. LE CHAMPO doit notamment sa célébrité au grand François Truffaut, spectateur obsessionnel de la salle, mais également à son ancien propriétaire Roger Joly. Le Champo regroupe un public entièrement dédiée au cinéma de répertoire, à ses rétrospectives, à ses rencontres avec des cinéastes. Aujourd’hui, LE CHAMPO reste encore le lieu de prédilection des cinéphiles.

Pour la petite histoire...

Inauguré sur l'emplacement d'une ancienne librairie, LE CHAMPO ouvre ses portes le 22 juin 1938. Roger Joly, industriel de l'éclairage, acquiert la salle. En 1941, un incendie détruit la cabine d'origine, dont l'exiguïté interdit la reconstruction selon les nouvelles normes de sécurité. Roger Joly et deux ingénieurs mettent alors au point, le fameux "rétro-réflex", un système inédit de projection. 

François Truffaut déclarera que ce cinéma est son « quartier général ». La programmation du cinéma fait une large place aux rétrospectives et propose à partir des années 90 de larges cycles dédiés aux grands réalisateurs.

En 1989, LE CHAMPO décide de dédier son hall d’accueil à Jacques Tati dont la silhouette illuminée en fibres optiques, tout droit sortie des « Vacances de monsieur Hulot » accueille aujourd’hui le public, tel un totem.

LE CHAMPO est inscrit aux monuments historiques depuis 2000.

Cinéma Le Champo
51 rue des Ecoles 75005 PARIS
Cluny la Sorbonne, ligne 10
Voir le lieu

3 - Le Louxor (10e)

Le Louxor

Prêt·e·s pour un aller-simple pour l'Egypte ? Construit par l'architecte Henri Zipcy et inauguré le 6 octobre 1921, le Louxor - Palais du cinéma est l'un des cinémas le plus emblématique de la capitale. Tour à tour, cinéma puis discothèque, il est fermé en 1988 et laissé à l'abandon. Il renaît de ses cendres en 2013 après deux années et demi de travaux pharaoniques réhabilitant ses décors égypto-art déco. Le lieu a pour vocation de promouvoir les échanges et les rencontres à travers une mixité sociale. Le petit plus : la terrasse du bar qui offre une vue atypique sur le Sacré-Cœur.

POUR LA PETITE HISTOIRE...

L’étonnante salle du Louxor sera bientôt centenaire... Réalisés dans un style Art déco inspiré de l’Egypte antique, certains éléments sont des copies directes de l’art égyptien (scarabées, frises de lotus et de papyrus, disques ailés), d’autres sont des éléments plus fantasmés de l’Egypte vue par les occidentaux, comme les hiéroglyphes fantaisistes décorant les poutres du plafond de la grande salle. Le nom de la salle est choisi en référence à la ville égyptienne. Si l’égyptomanie est à la mode dans la France des années 1920, surtout après la découverte du tombeau de Toutankhamon, le Louxor constitue pourtant un exemple unique de salle égyptienne à Paris.

Le Louxor est inscrit au titre des monuments historiques le 5 octobre 1981

Le Louxor - Palais du Cinéma
170 Boulevard Magenta 75010 Paris
Voir le lieu

4 - Le Ranelagh (16e)

Les 120 ans du Ranelagh

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

En 1931, la salle, transformée et agrandie, devint un cinéma d’art et d’essai, haut lieu cinématographique de la capitale fréquenté par des personnalités comme Gérard Philippe ou Marcel Carné. Au fil du temps, le théâtre s’est ensuite diversifié et chaque direction a favorisé d’autres projets mêlant divers arts : cinéma et expositions au temps d’Henri Ginet ; cinéma et théâtre sous Claude Condroyer et Micheline Daguinot ; musique, cirque et théâtre sous la direction de Madonna Bouglione. Aujourd’hui, Catherine Develay ouvre une nouvelle page avec une programmation principalement théâtrale et musicale, mettant en valeur l’acoustique de cette merveilleuse salle. La salle actuelle qui contient 300 places a conservé son caractère, notamment par les boiseries en chêne sculpté qui garnissent son orchestre et ses balcons, surmontés d’un plafond décoré de caissons peints. 

POUR LA PETITE HISTOIRE...

En 1722, le banquier Samuel BERNARD achète le château seigneurial de Passy pour sa maîtresse Madame de Fontaine. Le domaine s’étend alors sur 8 hectares de la maison de Radio France jusqu’à l’avenue Mozart. En 1747, il devient le château de Boulainvilliers occupé par Alexandre Jean Joseph Le Riche de La Pouplinière, fermier général sous le règne de Louis XV qui fait construire un théâtre à l'extrémité de l'allée de son château. Mécène éclairé, il rassemble autour de lui tout un cénacle d'artistes et d'intellectuels parmi lesquels figurent de grands noms tels que Voltaire, Quentin de La Tour, Van Loo, Stamitz, Rameau...

Le château fût laissé à l’abandon pendant des années après la révolution. Et c'est vers la fin du 19e siècle que Louis Mors, célèbre constructeur automobile, acquiert une large partie sur laquelle il fait construire en 1894 un théâtre à l'emplacement du salon de musique de La Pouplinière. Ce passionné de musique favorisa l'émergence des esthétiques musicales du début du 19e et du 20e siècles en programmant des artistes comme Bizet, Terrasse, Wagner...

En 1931, la salle, transformée et agrandie, devint un cinéma d’art et d’essai, haut lieu cinématographique de la capitale.

La salle et son décor ont été inscrits aux monuments historiques le 6 octobre 1977.

Théâtre Le Ranelagh
5 Rue des Vignes 75016 Paris
Voir le lieu