Actualités
Nuit Blanche 2020, les éditos
Manifestation artistique annuelle dédiée à l’art contemporain, Nuit Blanche est organisée par la ville de Paris, chaque premier samedi du mois d’octobre depuis 2002.
Nuit Blanche 2020

PAS D’ANNÉE BLANCHE POUR NUIT BLANCHE !

Anne Hidalgo

Maire de Paris

Carine Rolland

Adjointe à la Maire de Paris en charge de la culture et de la ville du quart d'heure

Nuit Blanche est un moment à part. Une nuit hors du temps, propice à la flânerie et à la divagation. Elle est un phare de la culture à Paris que nous ne pouvions nous résigner à éteindre, même temporairement, alors que nous avons tant besoin de nous retrouver pour célébrer la vie.

Les Parisiennes et les Parisiens de tout âge sont profondément attachés à Nuit Blanche. Petits et grands arpentent chaque année leur ville du Nord au Sud et d’Est en Ouest pour découvrir une urbanité poétique et magique, grandiose et intimiste. Depuis 2019, Nuit Blanche s’étend également dans les communes limitrophes grâce au soutien de la Métropole du Grand Paris, que nous remercions chaleureusement pour sa contribution à l’élaboration d’un événement qui sait voir au-delà des frontières.

Nuit Blanche est donc aussi inscrite dans le concret, celui de notre ville et de notre métropole. Repenser l’urbain sous un regard poétique ne saurait être possible sans le travail conjoint et de longue haleine entre les artistes, la production et les directions de la Ville qui permettent de révéler, le temps d’une nuit, un autre Paris.

Cette année, après ce printemps si particulier, nous avons proposé à Jeanne Brun, Fabrice Hergott, Christophe Leribault et Amélie Simier, quatre directeurs de nos musées municipaux, de réfléchir à une Nuit Blanche adaptée qui fasse la part belle à la rêverie et à l’espace public parisien.

« Présence (…) hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance. » C’est à partir de ces vers du poème « Commune Présence » de René Char que les parcours de cette année nous proposent de plonger dans des univers inhabituels. De l’infiniment petit des insectes à l’infiniment loin des oiseaux, du subaquatique au subtropical, ils ont souhaité nous inviter à réfléchir à notre « vie inexprimable ». Quoi de plus compréhensible en cette année singulière où les Parisiennes et les Parisiens ont été amenés à repenser le rapport à l’extérieur et à autrui.

En centrant cette édition sur le Petit Palais, le Musée d’art Moderne et les musées Zadkine et Bourdelle, Nuit Blanche fait le pari de la porosité et du dialogue entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’historique et le contemporain. Chaque musée, coin de rue, fontaine ou jardin parisien investi apportera à l’événement sa spécificité sublimée par les artistes invités, qui proposeront, le temps d’une nuit, une invitation au voyage.

Patrick Ollier

Président de la Métropole du Grand Paris

Pour la deuxième année consécutive, la Métropole du Grand Paris, avec plusieurs de ses communes, se joint à la Ville de Paris pour l’organisation de Nuit Blanche, afin de donner à cet événement, devenu incontournable, une dimension métropolitaine résolument affirmée.
Cette crise sanitaire, économique et sociale, met en exergue, plus que jamais, le besoin de culture pour tous. La culture est un élément central et structurant du plan de relance métropolitain.

En célébrant la richesse du vivant et en interrogeant sa place dans la ville, Nuit Blanche offre une occasion d’interpréter ces sujets au coeur de l’action quotidienne de la Métropole du Grand Paris.
Une telle fête est l’occasion de nous retrouver, avec toutes les précautions sanitaires de rigueur qui s’imposent, et de redonner l’envie de sortir aux habitants de la Métropole.

Onze communes de la Métropole accueilleront cette année des évènements, en s’appuyant parfois sur des lieux d’art contemporain reconnus : Aubervilliers, Clichy-La-Garenne (Le Wonder), Clichy-sous-Bois et Montfermeil (Les Ateliers Médicis), Gentilly (Le Générateur), Montreuil (La Maison Populaire), Nanterre (Le Twist et La Main 9-3.0), Nogent-sur-Marne (le Centre National Edition Art Image & la Maison d’Art Bernard Anthonioz), Rueil-Malmaison, Saint-Ouen (Mains d’oeuvres) et Vitry-sur- Seine. Les associations Actes-If et Tram ont contribué à la qualité de cette programmation.

Enfin, certaines communes métropolitaines, comme Cachan, Courbevoie, Les Lilas, Romainville ou encore Sèvres, ont labelisé des évènements intégrés au programme de Nuit Blanche.

J’espère que ce programme enthousiasmant conduira les métropolitains à explorer ces lieux révélés par Nuit Blanche. L’émotion, la fête et la découverte nourrissent ce grand récit métropolitain que nous construisons collectivement.

Edito de l'équipe de direction artistique

Commune présence

"Nous vivons au cœur d’une contradiction : dans la jouissance d’une activité frénétique (économique, technologique, touristique, sociale aussi) de plus en plus détachée du monde naturel, et dans la conscience, inédite, que cette activité fragilise notre humanité.

Est-il possible de ralentir ? Est-il possible de repenser la manière rationaliste et anthropocentrée dont nous habitons et observons le monde ? Est-il possible de faire place à un rapport plus poétique, un rapport de composition avec la pluralité des mondes - humains, végétaux, animaux – dans leur infinie variété ?

Les temps nous invitent à construire cette « commune présence », selon les mots de René Char, à prendre part à la vie dans sa complexité, avec sa « part de merveilleux de rébellion de bienfaisance », sa part équivoque de mystère, d’incertitude et de découverte.

Nuit Blanche 2020 propose de tourner nos regards, et tous nos sens, vers la richesse immense du vivant, d’apprendre à y être attentifs autrement.

Si tout un courant des sciences humaines (anthropologie, philosophie, sciences politiques) et des sciences de la terre appelle aujourd’hui à ce changement de perspective, certains artistes le dessinent aussi, parfois depuis longtemps, en imaginant des ouvertures, des chemins de traverse, dans notre expérience du monde.

Nuit Blanche 2020 s'organise autour de 2 axes privilégiés : un parcours Rive Gauche autour des musées Bourdelle et Zadkine et un parcours Rive Droite, entre le Petit Palais et le Musée d’Art Moderne de Paris."

Jeanne Brun

Directrice du Musée Zadkine

Fabrice Hergott

Directeur du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Christophe Leribault

Directeur du Petit Palais - Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Amélie Simier

Directrice du Musée Bourdelle