Actualités
XXHL, Giga tours et méga ponts, une expo monumentale
La Cité des sciences et de l’industrie accueille, jusqu'au 7 mars 2021, l’exposition "XXHL giga tours et méga ponts" qui dévoile les secrets de construction de réalisations aux dimensions exceptionnelles. De pyramide de Gizeh à la tour Khalifa de Dubaï, sept projets architecturaux emblématiques sont mis en lumière dans une expo immersive fascinante.
XXHL giga tours et méga ponts

L'expo a de quoi donner le vertige. Cette expérience numérique et immersive dans les plus grands projets architecturaux de notre époque donne le ton dès le début de l'expo : en guise de mise en bouche, une longue frise illustre les structures phrases qui ont marqué l'histoire de l'architecture, de la pyramide de Gizeh aux gratte-ciel toujours plus haut. Saviez-vous par exemple que 121 ans et 500 mètres séparent la tour Eiffel et l'actuelle plus haute tour du monde, la Burj Khalifa, à Dubaï ?

Toujours plus hautes, plus impressionnantes, les constructions d'aujourd'hui sont de véritables défis et conjuguent des préoccupations esthétiques, fonctionnelles et responsables, tout en intégrant insertion dans l'espace public, durabilité et efficacité énergétique. La frise graphique ci-dessous interpelle et confronte ouvrages d'hier et d'aujourd'hui et permet de rendre compte que de tout temps l'homme a toujours eu envie d'atteindre les étoiles.

XXHL giga tours et méga ponts

L'exposition met à l'honneur 7 édifices emblématiques, du viaduc de Millau à la tour Montparnasse, en passant par le pont Yavuz Sultan Selim à Istanbul. Mais la vraie star, c'est la Burj Khalifa. Haute de 828 mètres et de 163 étages, inaugurée en 2010 à Dubaï (Émirats arabes unis), elle est à ce jour la plus haute tour du monde. Sa construction a duré 5 ans et mobilisé plus de 12 000 ouvriers. Sa conception a représenté un véritable tour de force pour les architectes et les ingénieurs. 

Du sable australien pour la tour de Dubaï

Comment parvient-elle à résister aux conditions météorologiques extrêmes de la région, alors même qu'elle a été construite sur un sol instable ? Comment les matériaux ont-ils été sélectionnés ? Et les structures imaginées ? Une projection de vidéo mapping permet de voir chaque étape de la construction, de l'installation du socle en béton armé ancré dans le sol avec 192 pieux capables de supporter ses 300 000 tonnes, au système de coffrage auto-grimpants et de grues implantées sur la tour en construction, ne nécessitant pas d'échafaudage. On y apprend aussi que le sable nécessaire pour produire les 330 000m3 de  béton a été importé d'Australie... Un comble pour une ville située en plein désert!

XXHL giga tours et méga ponts

Titre évocateur, "XXHL giga tours et méga ponts" sensibilise le public aux prouesses techniques et aux savoir-faire développés par les ingénieurs, les architectes et les constructeurs. Chacun des édifices présentés illustre une problématique d'ingénierie : résistance des matériaux et des structures, techniques des fondations, équilibre des forces et analyse des performance énergétique. À cela s'ajoute des contraintes environnementales : résistance aux vents, aux séismes, et aussi respect du paysage. 

La construction du viaduc de Millau en est la parfaite illustration. Réaliser un très grand ouvrage d'art avec un impact minimal sur le site naturel, ici le Massif Central a été le défi relevé par les constructeurs du viaduc de Millau. On y apprend que la solution d'un pont à haubans a été choisie car elle s'insère naturellement dans le paysage. Un film projeté nous explique les facteurs qui contribuent au choix du type et de la méthode de construction - à haubans, suspendu ou hybride - en s'appuyant sur les exemples de Millau, du pont d'Akashi au Japon et celui du plus long pont du monde, le pont Yavuz Sultan Selim à Istanbul. 

XXHL giga tours mega ponts

Plus loin, deux tables présentent des échantillons véritables de matériaux de construction et la façon de les assembler. On y apprend qu’armé, précontraint ou encore imprimé, le béton s’adapte. Associé à l’acier ou au bois, il est l’allié idéal des architectes et des ingénieurs pour réaliser des édifices hors norme. Des explications sur les déformations qu'ils subissent et une comparaison de leur performances complètent le dispositif. 

Une projection immersive

En ces temps troubles où le toucher n'est pas recommandé, l'exposition mise sur l'impact visuel, et l'on peut dire que c'est réussi ! Dés l'entrée, un spectacle audiovisuel inédit amorce la visite. Projeté à 360° sur quatre écrans géants de plus de 5m de haut sur 10 à 18m de long, il présente un panel de questions et de solutions techniques en matière d'ingénierie. Composé d’images d’archives et de synthèse, le film offre à voir de nombreuses constructions emblématiques. Au centre de cette projection totalement immersive, le public est baigné dans un flux d’images imposantes rendant palpable la démesure des ouvrages. Dans le noir, assis sur des tabourets espacés, les ponts et tours défilent en phosphorescent, donnant l'impression aux visiteurs d'être à bord d'un vaisseau spatial.

Vidéo-mapping, réalité augmentée, tablettes numériques... l'exposition met à l'honneur ces projets au moyen de dispositifs numériques spectaculaires qui lui donnent une aura futuriste. À l'instar du projet de rénovation de la tour Montparnasse, ici présentée dans une expérience de réalité augmentée sur quatre tablettes numériques, associées à une maquette du quartier Montparnasse. Autour de la maquette, des écrans proposent deux simulations. L'édifice en 1973 lors de sa construction, ou en 2024, à la fin de sa réhabilitation. 

Mais comment conserver l’historique d’une construction ? En ayant recours au BIM (Building information modeling), véritable révolution technologique. Bien plus qu’une maquette numérique, le BIM est un outil de langage universel, utilisable par tous les acteurs de la construction depuis la phase de conception jusqu’à la réalisation, ainsi que pour sa conservation. Une table spécifique propose aux visiteurs d’expérimenter cette mémoire numérique. Cette expérience permet de mesurer les enjeux de ce défi de rénovation écologique.

Le vidéo-mapping est utilisé dans la deuxième salle de l'exposition pour expliquer et détailler avec précision les étapes et les contraintes de construction des différents projets choisis. Ainsi pour la tour Burj Khalifa, la projection évolue pour simuler toutes les étapes de construction depuis l'implantation des fondations, avec des pieux métalliques à 50 mètres de profondeur, jusqu'à la couverture de son squelette par le système de mobilité verticale. Le visiteur voit s'élever la tour vers le ciel. Pour le viaduc de Millau, la vidéo-mapping anime la maquette qui prend vie et se colore dans son décor naturel. Elle affiche ensuite les chiffres vertigineux du tonnage de béton, des hauteurs de ses piliers et l'on prend la mesure de sa démesure!

Le sujet peut sembler complexe, mais l'exposition propose une visite pédagogique et ludique grâce notamment aux dispositifs numériques de grande qualité utilisés. De quoi susciter l'intérêt des plus jeunes. Et pourquoi pas des vocations ?

XXHL, Giga tours et méga ponts

Cité des sciences et de l'industrie
30 avenue Corentin-Cariou, 75019 Paris

Du mardi 1 septembre 2020 au dimanche 7 mars 2021

payant
évènement terminé