© Erwin Olaf, Courtesy Galerie Rabouan Moussion
Expositions
Erwin Olaf - 2020 & Before, A journey in Black and White
Galerie Rabouan Moussion
Erwin Olaf et la galerie Rabouan Moussion proposent 2020 & Before - A journey in Black and White, une exposition montrant l’évolution de sa pratique depuis les premiers clichés délibérément subversifs jusqu’aux œuvres actuelles,s montrant des scènes d’intérieur intimes dont l’apparente perfection laisse transparaître le malaise et la solitude des sujets.

Le choix du noir – et blanc

Si la photographie consiste par essence à travailler avec la lumière, le choix opéré pour cette nouvelle exposition montre la singularité d’Erwin Olaf quant à son traitement : si les séries Blacks et Dusk ont été réalisées en couleur, les sujets et les décors ont été intégralement peints en amont. La manipulation délicate de la lumière et des contrastes décline toute une palette de valeurs de noir, et confère à ces œuvres leur dimension monochrome. Les autres photographies en noir et blanc, d’autant plus lorsqu’elles montrent des corps, le font avec une lumière scénographiée, qui sculpte les objets ou la peau et fait apparaître la beauté du moindre volume, celui des muscles ou bien des rides, des fibres d’une étoffe ou d’un duvet, d’un cheveu ou d’un cil. 

Berlin, Rathaus Schöneberg, 9 Juli 2012, 2012

La tension

Qu’il s’agisse des premières séries – Squares, Chessmen, Ten Tables – ou d’œuvres plus récentes – Dusk, Berlin, April Fool –, le traitement de l’image entre en tension avec son sujet. Le studio apporte de l’artificialité au cliché photographique. Il ne s’agit pas d’un instantané pris sur le vif mais d’une image construite, composée au sens pictural du terme. Le contenu parfois érotique contraste avec la construction de l’image, très classique. Ou à l’inverse, les clichés d’apparence très lisse laissent entrevoir une faille, une fêlure : What I want to show most of all is a perfect world with a crack in it. I want to make the picture seductive enough to draw people into the narrative, and then deal the blow. Les photographies, qui depuis Berlin s’ancrent dans des lieux symboliques extérieurs au studio de l’artiste, offrent une narration nouvelle. La solitude des personnages, évoluant dans des paysages en friche ou des zones urbaines désertées, se manifeste désormais face au monde dépeuplé qu’ils habitent. 

Indochine 2017-2020

Le groupe INDOCHINE sera de retour sur scène en 2021 avec le Central Tour. Poursuivant une collaboration débutée en 2017 pour l’album 13, Erwin Olaf a réalisé le portrait du groupe pour cette nouvelle tournée, représentant les membres du groupe en ados rebelles. La création contemporaine est au cœur de l’univers visuel du groupe Indochine, pilier de la scène pop-rock française depuis 1981 et qui a derrière lui une belle histoire de collaborations artistiques, l’américaine Ana Bagayan ayant dépeint l’univers d’Alice & June (2005) par exemple. Leurs clips sont également le fruit de rencontres avec des réalisateurs : Jaco van Dormael pour Ladyboy (2006), Xavier Dolan et son polémique College Boy (2013), le photographe Richard Kern avec Black City Parade (2013), avant enfin que celui de La Vie est Belle, premier single de 13, soit signé Asia Argento.

Indochine, Group Portrait I, 2019

April Fool, 2020

Dans April Fool, sa dernière série, l’artiste se met en scène comme un personnage spectral, errant tel un automate dans des décors urbains désertés ou des rayons de supermarchés dévastés, scènes glaçantes et presque apocalyptiques qui renvoient aux visions auxquelles nous avons été confrontés durant ces derniers mois, transformées aujourd’hui en une expérience esthétique commune. 

Informations
pratiques

Galerie Rabouan Moussion
11 rue Pastourelle
75003 Paris

Dates

Du 28 novembre 2020 au 20 mars 2021 :
lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi de 10h à 19h30

Prix

0 €

S'y rendre

  • 8 : Filles du Calvaire (472m) 4, 8 : Saint-Sébastien-Froissart (474m)

Plus d'infos

Par ici la compagnie !