Portrait d’Yves-Noël Genod d’après un dessin de Didier Paquignon
Spectacles
Sur le Carreau - Yves-Noël Genod [ Création ]
Le Carreau du Temple
Le metteur en scène Yves-Noël Genod développe un théâtre dont on aurait enlevé le drame, l’action et dont il ne resterait que la poésie, le fantôme, la trace. Pour le Carreau du Temple, il crée une performance pour une centaine de danseurs professionnels et amateurs dans la Halle dénuée de tout artifice.

Conformément aux mesures gouvernementales, le spectacle est annulé et sera reporté ultérieurement.


LE SPECTACLE

Portrait d’Yves-Noël Genod d’après un dessin de Didier Paquignon

Performer, danseur, chanteur, chorégraphe, metteur en scène et auteur parmi les plus prolifiques et atypiques de la scène française, Yves-Noël Genod se saisit de l’immensité de la Halle du Carreau du Temple pour y créer, avec une centaine de participants sans expérience ou très expérimentés, un spectacle minimaliste de danse à l’échelle démesurée d’un rêve.

Le monde est touchant

Il est trop

Less is more

« Fabriquer des spectacles est un rêve de toutes mes nuits. Je voudrais que nous réalisions un spectacle ensemble. Ce spectacle hors de nos rêves, je voudrais qu’il ait lieu dans — et qu’il naisse aussi de la Grande Halle du Carreau du Temple comme si elle était ce qu’elle est : la matrice d’une architecture à l’état vacant, disponible comme un poème. Cette Grande Halle m’a été prêtée en juin 2019 pour deux ou trois répétitions avant un départ au Brésil et ça a été une évidence : s’il y a spectacle au Carreau du Temple, ce sera dans ces 1 800 m2 en lumière du jour. Il faudrait être seul — et chacun — et tous — capable de se baigner dans le « sentiment océanique du monde » 1. Nous sommes des babouins, dit le philosophe 2, il ne nous faut que le paradis. Quelque gazon de territoire. Il nous faut nous toucher, nous épouiller car on dit qu’à nous isoler nous perdons de notre intelligence. Il faudrait des danseurs avec la capacité de contaminer les foules : la virtuosité artistique que je recherche, c’est toujours celle qui se mélange. Comment disait le Président ? « Une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ». Eh bien, nous traverserons cette gare avec allégresse et légèreté parce que nous pensons, nous, que personne n’est vraiment quelque chose — ou si peu.

Il y a une très belle phrase de la chanteuse Barbara. Dans une interview, on lui parle de son talent et elle s’exclame : « Mais qu’est-ce que c’est que le talent ? Est-ce que ce n’est pas entrer en scène et sourire ? » Voilà, en fin de compte, il n’y a pas de spectacle. Le succès, l’échec deviennent notions très relatives. Vous connaissez peut-être cette blague juive, je vous la raconte : les cinq plus grands génies de l’Humanité sont juifs ; Moïse a dit : « Tout est loi », Jésus a dit : « Tout est amour », Marx a dit : « Tout est argent », Freud a dit : « Tout est sexe » et Einstein a dit : « Tout est relatif ! ». C’est une aventure qu’il nous faut promettre. De reterritorialisation de la solitude déchirante. Poème du lieu. Je ne maîtriserai pas ce qui va se passer. Non-maîtrise de ce qui va se passer. C’est tout ce qu’on se souhaite profondément dans la vie, vivre le réel, l'experiment, plutôt que, par exemple, cette manipulation des réseaux dits sociaux. Babouins, nous n’avons pas dit le dernier mot. » Yves-Noël Genod

1. Le sentiment océanique est une notion psychologique ou spirituelle formulée par Romain Rolland qui se rapporte à l'impression ou à la volonté de se ressentir en unité avec l'univers (ou avec ce qui est « plus grand que soi »).
2. Bruno Latour dans Libération du 13 mai 2020*


En partenariat avec Micadanses / festival Faits d’hiver


▶ VIDEOBOX

En complément du spectacle, nous donnons carte blanche à Yves-Noël Genod pour une programmation spécialement montée pour l'occasion, en collaboration avec le réalisateur César Vayssié, dans Videobox du samedi 30 janvier au jeudi 11 février 2021 en accès libre. Videobox est un espace permanent dédié à l'art vidéo, situé dans le vestiaire 9 du Carreau du Temple.


▶ APPEL À PARTICIPATION

« La vérité n’est pas dans un seul rêve mais dans beaucoup de rêves » - Pier Paolo Pasolini

À l’occasion du festival Faits d’Hiver, le chorégraphe Yves-Noël Genod se saisit de l’immensité de la Halle du Carreau du Temple pour y créer, avec une centaine de participants, Sur le Carreau, un spectacle minimaliste de danse à l’échelle démesurée d’un rêve, les samedi 30 et dimanche 31 janvier 2021 à 14h30.

Pour ce spectacle hors normes, Le Carreau du Temple recherche des participants bénévoles :

  • Aucune pratique n’est exigée, car il s’agit avant tout de vivre la présence, l’instant, l’être plutôt que le faire. Les pratiques sportives sont bienvenues, mais, bien entendu, non obligatoires.
  • Plusieurs ateliers auront lieu jusqu’en janvier. Il n’y a pas de contrainte, chacun fait comme il peut, en se laissant le temps de « se prendre au jeu », de vivre avec joie cette expérience immense.

> Prochaines répétitions :

  • Samedi 12 et dimanche 13 décembre 2020 de 11h à 15h, au Carreau du Temple
  • Samedi 9 et dimanche 10 janvier 2021 de 11h à 15h, au Carreau du Temple
  • Samedi 16 et dimanche 17 janvier 2021 de 11h à 15h, au Carreau du Temple
  • Samedi 23 et dimanche 24 janvier 2021 de 11h à 15h, au Carreau du Temple

> Générale le vendredi 29 janvier de 11h à 15h, au Carreau du Temple

Informations et inscriptions : mediation@carreaudutemple.org 

Informations
pratiques

Le Carreau du Temple
2 rue Perrée
75003 Paris

Dates

Du 30 au 31 janvier 2021 :
samedi, dimanche de 14h30 à 15h30

Prix

Payant - Tarif A : plein 20€ / réduit 15€ / demi-tarif 10€

Réservation conseillée

S'y rendre

  • 3 : Temple (188m) 3, 5, 8, 9, 11 : République (348m)

Par ici la compagnie !