Sélections
À la découverte des 4 arcs de triomphe parisiens
Le saviez-vous ? Il existe 4 arcs de triomphe à Paris. On connait le plus emblématique de la capitale : l'arc de triomphe de la place de l'Etoile. Il en est existe 3 autres qu'on vous dévoile ici. Découvrez vite ces monuments chargés d'histoire !
Arc de triomphe de l'Etoile

Un peu d'histoire...

L'apparition des arcs de triomphe parisiens date de l'époque napoléonienne. Ils sont l'héritage d'une tradition remontant à la civilisation romaine. À cette époque, un arc de triomphe est érigé afin de célébrer la cérémonie du triomphe romain. Cette célébration permet la purification de l'armée après la guerre, on pensait en effet, qu’après avoir bataillé avec l’ennemi, il fallait passer par «une porte magique» – un arc de triomphe – en entrant dans sa ville pour se purifier. Cette tradition romaine perdurera à travers les siècles comme symbole de triomphe mais aussi afin de commémorer un évènement important ou d'honorer un personnage. Aujourd'hui 4 arcs de triomphe se dressent encore fièrement à Paris, témoins de notre riche passé Historique. 

L'Arc de triomphe de l'Etoile

Avec sa hauteur de 50 mètres et sa situation à l’extrémité des Champs Élysées, l'Arc de triomphe est l'un des symboles de la France à travers le monde. C'est Napoléon Ier, au lendemain de la bataille d'Austerlitz qui ordonne la construction de cet arc de triomphe à la gloire de la Grande Armée. Débutés en 1806 sous la direction de l'architecte Jean-François-Thérèse Chalgrin, les travaux d'édification ne s'achèveront qu'en 1830. Inauguré le 29 juillet 1836, le monument reçut sa consécration officielle le 15 décembre 1840 quand le char funèbre ramenant le corps de Napoléon passa sous sa voûte. Les touristes peuvent encore aujourd'hui admirer des gravures et sculptures représentant les grandes batailles des périodes de l’Empire et de la Révolution. L'Arc de triomphe abrite également depuis 1920 une tombe, celle d’un soldat français mort durant la Première Guerre Mondiale, le célèbre soldat inconnu !

Arc de Triomphe
3 place Charles de Gaulle 75016 PARIS
Voir le lieu
Arc de triomphe de l'Etoile

L'Arc du Carrousel

Tout comme son compère, l'Arc du Carrousel fut aussi érigé à la gloire des victoires napoléoniennes. Ce sont les architectes Charles Percier et Pierre Fontaine qui dirigent sa construction entre 1806 et 1808. Le monument est érigé devant le palais des Tuileries auquel il sert d'entrée d'honneur, une grille séparant la cour du palais de la place du Carrousel qui lui donne son nom. Très différent des autres arcs de Paris, l’Arc de Triomphe du Carrousel a une apparence plus travaillée et plus complexe, bien qu'il ne mesure que 15 mètres. Depuis l'incendie du palais des Tuileries en 1871 et sa destruction en 1883, le monument se trouve au centre de la grande esplanade formée par le jardin du Carrousel et la place du même nom.

Arc du Carroussel
Carrousel du Louvre
99 rue de Rivoli 75001 Paris
Voir le lieu

L'Arc de la Porte Saint-Martin

Le monument actuel est le successeur de trois portes fortifiées datant de la période médiévale, s'échelonnant le long de la rue Saint-Martin. Il fut érigée en 1674 sur ordre de Louis XIV, en l'honneur de ses victoires sur le Rhin et en Franche-Comté. Haut de 18 mètres, cet Arc se trouve au croisement de l'axe Saint-Martin (rue Saint-Martin et rue du Faubourg-Saint-Martin) dans le 10e arrondissement et des Grands Boulevards (boulevard Saint-Denis et boulevard Saint-Martin). C’est dans sa volonté de séparer les faubourgs de la ville, que fut ordonné sa construction, tout comme la porte Saint-Denis, située à quelques mètres de là. C'est l’architecte Pierre Bullet qui le réalisa.

Arc de la Porte Saint-Martin

L'Arc de la Porte Saint-Denis

Inspiré de l’Arc de Titus à Rome et construit en l’honneur de Louis XIV, victorieux lors de la guerre de Hollande face aux Provinces unies. Du haut de ses 25 mètres, l'inscription « Ludovico Magno », qui signifie « À Louis Le Grand » vous surplombe. Si l’on se place devant elle, on se retrouve face à la rue du Faubourg-Saint-Denis qui menait autrefois directement à la Basilique Saint-Denis, une artère très fréquemment empruntée par le roi. La porte Saint-Denis en marquait l’entrée.

Arc de la Porte Saint-Denis