Sélections
Top 10 des œuvres d'art contemporain dans l'espace public
Qu'elles soient monumentales ou discrètement nichées dans les recoins de la ville, les œuvres d'art contemporain sont partout dans l'espace public de la capitale. On vous présente nos 10 préférées.
Le_rossignol_de_la_fontaine_Stravinsky_de_Niki_de_Saint_Phalle_et_Jean_Tinguely

Monochrome for Paris, Nancy Rubins 

Erigée en 2013, "Monochrome for Paris" est située sur la pelouse centrale de l'esplanade Vidal-Naquet dans le 13e arrondissement, à proximité de la Seine. Cette sculpture monumentale de plus 10 mètres de hauteur est constituée d'une structure en inox, au sommet de laquelle sont accrochés 50 canoës et 10 barques en aluminium, prenant la forme d'une sorte d'arbre métallique, dont les feuilles seraient constituées de bateaux. Née en 1952 au Texas, Nancy Rubins crée des sculptures monumentales et aériennes, jouant avec la géométrie des formes et de leurs assemblages.

1 Esplanade Pierre Vidal-Naquet, 75013 Paris

Monochrome for Paris, Nancy Rubins

The Beautiful Dreamer, Arne Quinze

Inaugurée en 2019, The Beautiful Dreamer, du plasticien flamand Arne Quinze, s'inscrit au cœur des projets architecturaux d’envergure qui remodèlent la Porte de Versailles. Haute de plus de 11 mètres, implantée à proximité du pavillon 6 du parc des expositions, la sculpture est composée d'une variété de métaux et de pierre naturelle, moulées dans le bronze puis colorées d'un grand panel de couleurs. "Nous avons perdu le dialogue avec la nature, ce qui a créé des espaces publics gris et sans intérêt. Avec "The Beautiful Dreamer", j'ai souhaité capturer la beauté de la nature et la ramener en ville pour nous rappeler sa diversité fascinante", explique Arne Quinze.

Paris Expos Porte de Versailles, 1 place de la Porte de Versailles, 75015 Paris

Arne Quinze, The beautiful dreamer

Les Deux plateaux, Daniel Buren

Celles qui sont entrées dans l'imaginaire collectif sous le nom de "Colonnes de Buren" sont en réalité une œuvre nommée "Les Deux Plateaux", réalisées en 1986 par l'artiste Daniel Buren dans la cour d'honneur du Palais-Royal. En lieu et place de ce qui servait de parking, Buren a conçu une œuvre urbaine que le public peut investir librement, qui contraste avec la solennité du lieu. Les colonnes en marbre de Carrare et en marbre blanc et noir des Pyrénées sont une référence à la statuaire antique, tandis que leur disposition alignée est un clin d'œil au jeu. Elles apparaissent comme plongées dans le sol, faisant écho à l'histoire du lieu et à son sous-sol, transformé en une usine électrique semi-enterrée en 1899...

2 Rue de Montpensier, 75001 Paris

Les deux plateaux, de Daniel Buren

La danse de la fontaine émergente, Chen Zhen et Xu Min

Située dans le 13ème arrondissement, "La danse de la fontaine émergente" est la dernière œuvre importante de Chen Zhen, plasticien franco-chinois, avant sa disparition. Elle prend la forme d'un dragon stylisé dont le corps semble émerger du sol en trois parties distinctes, la première sortant du mur de l'usine souterraine de production d'eau, les deux autres sous l'apparence de tubes transparents en arc de cercle plantés d'écailles. De l'eau sous haute pression circule à l'intérieur, mise en valeur par un éclairage de teinte variable. Une représentation monumentale de la puissance de l’eau, magnifiée par la flamboyance des jeux de lumière,  

Place Augusta-Holmes, 75013 Paris

La danse de la fontaine émergente, de Chen Zhen et Xu Min

Le bouquet de tulipes, Jeff Koons

Offert à la Ville de Paris en soutien aux Parisien·ne·s et français·e·s endeuillé·e·s par les attentats de 2015, Le "Bouquet of Tulips" de Jeff Koons a été inauguré en octobre 2019, installé de façon pérenne dans les jardins des Champs-Élysées, entre le Petit Palais et la place de la Concorde. La sculpture haute plus de 12 mètres a été imaginée par l’artiste comme un symbole de souvenir, d'optimisme et de rétablissement. Elle représente une main tendue brandissant un bouquet de fleurs aux couleurs vives, dans un acte d'offrande. Cependant, pour figurer la perte, le bouquet se compose de seulement onze fleurs: la douzième manquante représentant celle causée par ces attentats.

1 Avenue Dutuit, 75008 Paris

Bouquet of Tulips, Jeff Koons

Les rochers dans le ciel, Didier Marcel

Œuvre érigée en 2012 lors du prolongement de la ligne de tramway T3a, "Les rochers dans le ciel" consiste en cinq épreuves en résine polyester (obtenues par moulage de blocs de calcaire bruts d’une masse de 4 à 5 tonnes, extraits directement d’une carrière) perchées au sommet de mâts fins d'une hauteur de 7 mètres, au fini noir brillant. Les rochers semblent ainsi flotter dans les airs au-dessus des passants, perturbant leur perception de la gravité. Une œuvre poétique et rêveuse qui, notez-le bien, a été retirée de la place Farhat Hached pour être implantée devant l'entrée du parc Kellermann, sur le boulevard Kellermann.

Place Farhat-Hached, 75013 Paris

Les Rochers dans le ciel, de Didier Marcel

La Tour d'exercice, Wang Du

Créée en 2008, "La tour d'exercice" est une sculpture monumentale en acier inoxydable réfléchissant de 11 m de haut, pesant plus de 7 tonnes. Elle prend la forme d'une structure pyramidale très allongée qui reproduit l'architecture d'une tour d'exercice pour pompiers, en exagérant fortement sa perspective. Située sur le parvis devant l’état-major de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris, elle rend hommage aux soldats du feu, inspirée de la véritable tour d’exercice des pompiers dans la cour de la caserne. Wang Du réinterprète l’architecture de ce bâtiment en réalisant une version dont la perspective distordue donne une sensation de vertige, le quartier se reflétant dans sa surface miroir.

1 Rue Claude Debussy, 75017 Paris

La tour d' exercice, de Wang Du

La Fontaine Stravinsky, Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle

Installée depuis 1983 tout contre le Centre Pompidou, la fontaine Stravinsky est presque devenue un monument parisien comme un autre.  Œuvre conjointe de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle, elle évoque l'œuvre musicale d'Igor Stravinsky, symbole de l'éclectisme et de l'internationalisme artistique. Les fantaisistes sculptures mécanisées qui peuplent le bassin tournent sur elles-mêmes et propulsent de l’eau en jets irréguliers, les couleurs éclatantes des sculptures de Niki de Saint Phalle aux formes reconnaissables contrastant avec les machines de Tinguely peintes en noir. Un excroissance magnifique du musée d'art contemporain voisin.

Rue Brisemiche, 75004 Paris

La fontaine Stravinsky

L'arche de la fraternité, Georges Rousse

Symbole d’amitié entre les peuples, et marquant l'accès au quartier chinois de la capitale, l’Arche de la fraternité a été dressée en février 2020, dans le 13e arrondissement. Conçue par l’artiste parisien Georges Rousse, elle représente le caractère chinois mén qui signifie "porte" ou encore "ouverture". Outre sa beauté esthétique, elle a été réalisée selon la technique de l’anamorphose, qui ne la rend entièrement visible qu’à partir d’un angle précis. Les curieux et curieuses devront s’appliquer à découvrir un point, matérialisé au sol sur l’avenue de Choisy, pour admirer idéalement cette porte spectaculaire.

72 avenue de Choisy, 75013 Paris

L'arche de la fraternité, Georges Rousse

The Welcoming Hands, Louise Bourgeois

The Welcoming Hands est une œuvre de la sculptrice française Louise Bourgeois, créée en 1996 et installée en 2000 dans les jardins des Tuileries. Il s'agit d'un ensemble de cinq sculptures de bronze représentant un ou plusieurs bras aux mains nouées, chacune d'entre elles reposant sur un socle de granit. Douces, chaleureuses, mystérieuses, ces "mains accueillantes" se tiennent et se retiennent, se serrent et se lâchent, tant comme des empreintes des gestes du quotidien que des métaphores de générosité, de tendresse et d'amour, ou de peine, de déchirement et d'abandon. Une œuvre à l'émouvante beauté, comme souvent chez l'immense Louise Bourgeois.

Jardin des Tuileries, 75001 Paris

LOUISE BOURGEOIS, THE WELCOMING HANDS, BRONZE, 1996