Actualités
Balades nature : "Commencez par regarder près de chez vous!"
Vous avez soif de balade et de nature ? Nous avons rencontré Georges Feterman qui publie "20 promenades nature dans Paris" aux éditions Christine Bonneton, un guide formidable pour s'évader sans quitter la capitale!
Les vignes de Montmartre

"20 promenades nature dans Paris" 'est un livre qui tombe à pic! Cet ouvrage compile 20 promenades pour profiter de la nature et observer la faune et la flore de la capitale. Entre havre de paix, jardins partagés, mini-forêts, potagers, paysages exotiques, squares discrets, arbres remarquables, il y a forcément un coin de nature pour vous. Chaque itinéraire, d'une durée de 2h30/3h, s'effectue de métro à métro et comporte un plan facile à lire. Il permet surtout de se reconnecter à la nature. 

L'auteur, Georges Feterman, est professeur agrégé de Sciences de la vie et de la terre et donne des cours pour adultes à l'université ouverte. Président de l'association A.R.B.R.E.S et auteur de nombreux livres, il anime des promenades à thème, nature ou insolites dans Paris, et organise des voyages naturalistes sur tout le territoire.

Le reflexe à Paris, c'est prendre sa voiture pour aller à la campagne. L'idée du livre, c'est de commencer par regarder près de chez soi.

Georges Feterman
Georges Feterman, auteur de Balades nature dans Paris

Pouvez-vous nous donner un aperçu de quelques balades extraites du livre ?

Georges Feterman: J'aime beaucoup "Des palmipèdes à Paris, dans le quartier des Batignolles" (17e), l'occasion d'observer toutes sortes de canards en visitant le square des Batignolles et le nouveau jardin Martin-Luther-King. Différents points d'eau permettent de contempler bernaches, cygnes tuberculés, nettes rousses ou canards milouins. Je donne bien sûr quelques tuyaux pour les identifier, afin de ne pas les confondre avec une poule d'eau !

Dans "En saison, voir et écouter les oiseaux, autour des Buttes-Chaumont" (19e), c'est l'occasion de déambuler dans un parc parisien en écoutant le chant des oiseaux. Là aussi je donne des astuces pour les reconnaitre. C'est une balade idéale au printemps, j'indique par ailleurs dans le livre pour chaque itinéraire quelle est la meilleure période. 

Une autre promenade très chouette, "Gambader parmi les herbes folles à Montmartre" (18e), entre oiseaux et herbes folles. Au delà des incontournables Sacré-Cœur et Place du Tertre, la butte Montmartre recèle une diversité formidable. Trésors de la nature, jardins, flore dans les cimetières et entre les pavés, oiseaux chanteurs dans le méli-mélo végétal, vous irez de surprise en surprise, entre la cité des artistes et le jardin du musée de Montmartre.

Il y aussi "Échappée géographique et géologique dans le métro parisien, en prenant la ligne 6", (12e, 13e, 14e, 15e, 16e). Je raconte aux lecteurs.trices le paysage, du point de vue géographique, géologique, botanique, tout ça pour le prix d'un ticket !

"Pour voir des lianes à Paris" (14e) donne à voir de véritables petits coins de paradis à travers des villas, passages, impasses, ruelles, où les habitant.e.s ont planté depuis un siècle des végétaux avec une préférence pour les plantes grimpantes, liane, lierre, jasmin, glycine et vigne vierge. Une balade là aussi plutôt printanière. 

"Hommage à Georges Brassens" emboîte le pas du chanteur, du parc Georges-Brassens (15e) à la petite ceinture, C'est l'arrondissement où il a vécu et chanté, un magnifique parc y porte son nom. L'occasion aussi de (ré)écouter ses titres pour se mettre dans l'ambiance ! Un autre itinéraire très sympa, c'est "Pour voir toutes sortes d'arbres, sur l'allée des cygnes" (15e), qui traverse l'Ile aux Cygnes, entre le pont de Bir-Hakeim et le pont de Grenelle. On y trouve quantité d'arbres, les jardiniers de la Ville de Paris s'amusant à y planter tous ceux qui ne trouvent pas de place ailleurs. Cela donne un arboretum très diversifié, avec plus de 40 espèces d'arbres, identifiés par des panneaux. 

Cygne noir au Parc Montsouris

En parlant d'arbres justement, vous êtes président de l'association éponyme... Vous nous en dites quelques mots ? 

A.R.B.R.E.S est une association nationale, dont la vocation est de promouvoir et préserver les arbres "remarquables", qui ont encore des centaines d'années à vivre. Un arbre remarquable a un âge canonique et rassemble des critères d'esthétisme, d'essence, de taille, d'histoire et d'ancienneté. Le label a une forte valeur morale mais n'est pas encore officiel. Devenu une référence nationale, il a une valeur de protection. 

A Paris, une quinzaine d'arbres sont déjà estampillés. Nous sommes connus au niveau des ministères et des grandes villes. et avons dernièrement rédigé une "Déclaration des Droits de l'Arbre". Certaines communes commencent à la voter en conseil municipal, et nous travaillons sur une nouvelle législation sur les arbres en général. En France, la loi remonte à Napoléon, où l'arbre était vu comme un objet. Aujourd'hui il faut se recentrer sur le fait que l'arbre est un être vivant. Là où il y a de beaux arbres vénérables, il est nécessaire de les conserver, pas d'engager de nouveaux programmes immobiliers ! 

Que sont exactement les sciences de la vie et de Terre 

Le vrai nom est en effet Sciences de la vie et de la terre, et pas Sciences et vie de la Terre, une erreur fréquente. Ce sont les sciences qui étudient les êtres vivants et le milieu où ils vivent. C'est un domaine immense, qui va de l'observation de la nature à la génétique, la biochimie, la biologie, la géologie, l'immunologie, le fonctionnement du corps humain. À l'air du numérique, concernant l'observation de la nature, je l'affirme où que j'aille, même si l'ordinateur est un outil formidable, il faut aller voir tout ça en vrai!

Square Kellermann promenade n°11

Comment est née votre passion?

J'ai grandi en ville, à Paris dans le 12e, et déjà gamin j'étais passionné de géographie. Quand j'ai intégré la faculté des sciences, les étudiant·e·s participaient à des stages de terrain sur les oiseaux la géologie, la flore... C'était passionnant mais j'étais jaloux des intervenant·e·s qui possédaient tellement de connaissances, Je voulais en savoir autant!  

J'ai organisé des balades à la campagne avec des groupes, et j'ai imaginé le faire à Paris, Cette dimension naturaliste acquise dans la nature, j'ai voulu l'appliquer dans Paris. Mais pas dans les parcs et jardins justement, où l'on irait spontanément. Plutôt dans les rues, où l'on ne s'attend pas à faire de telles découvertes. C'est ce que j'essaye de transmettre à travers des petits guides comme celui-ci. J'ai traqué dans la capitale les ruelles, passages, impasses, endroits où l'on n'a pas l'impression d'être dans Paris. Pour moi, aimer la nature et vivre à Paris n'est pas contradictoire. Je suis d'ailleurs toujours proche de la gare de Lyon, formidable pour rallier les grands espaces.

Vous avez commencé par faire médecine... Comment avez-vous bifurqué vers les Sciences de la vie et de la Terre?

Avec tout le respect que je dois à la profession médicale, je me suis rendu compte en première année de faculté que ce n'était pas le métier que je voulais exercer. Au-delà de ma vie personnelle et familiale, c'est la plus belle décision que j'ai prise dans ma vie! Avec les sciences de la nature, où que je sois, je ne m'ennuie jamais, il y a toujours quelque chose à voir, observer, découvrir, y compris à deux pas d'ici, en pleine ville.

A mes débuts, je me suis intéressé une année aux oiseaux, une autre à la géologie, puis aux arbres, aux rochers. Je suis devenu un naturaliste de terrain touchant à tous les domaines des sciences de la nature, considérant qu'on ne peut pas les dissocier les uns des autres. La France est un immense terrain de jeu. Dans la capitale, les histoires et anecdotes sont inépuisables, une existence ne suffit pas pour tout découvrir. En tant qu'enseignant, le plus grand bonheur que j'ai connu a été d'entendre mes petits sixième dire, à la fin du cours, "déjà?"  J'ai cette chance de vivre de mes passions. ça m'a remplit ma vie tout simplement.

Plus d'infos sur l'association A.R.B.R.E.S

Site web
Page Facebook
Twitter
Contacts: Téléphone 06 32 30 10 28 et E-mail arbres@arbres.org