Actualités
Montmartre, mythique décor de cinéma
Ah Montmartre, le Sacré Cœur, la Place du Tertre, les peintres, les cabarets, Charles Aznavour, Pigalle, la rue Lepic, Dalida, le Moulin Rouge... et son Musée! Nous avons eu la chance de visiter l'expo Montmartre Décor de cinéma, qui rend honneur à un quartier que le 7e art, depuis sa création, n'a eu de cesse de mettre en scène et sublimer.
Le fabuleux destin d'Amélie Poulian _ JP Jeunet M. Kassovitz A. Tautou

Le Musée Montmartre est niché au cœur de la Butte, non loin de la Place du Tertre et des fameuses vignes.
On pourrait presque résumer l’attraction et la renommée de ce petit quartier, devenu pour le monde entier le symbole du tout-Paris, à une phrase du film Boulevard de Julien Duvivier. Jojo (Jean-Pierre Léaud) dit à Maria, alors qu'ils se trouvent sur les toits: " Nous sommes au milieu de tout, autour de la maison, il y a Pigalle, autour de Pigalle, il y a Montmartre, autour de Montmartre, il y a Paris, autour de Paris, il y a la France".

Boulevard avec JP Leaud et Monique Brienne de Julien Duvivier

Un personnage à part entière

S'il est un lieu qui résume à lui seul la capitale, c'est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres y trouvent depuis toujours leur inspiration, et il apparaît logique que le cinéma ait cherché à s'approprier cette atmosphère si singulière et si photogénique.

La scénographie de l'exposition dévoile les multiples facettes d'un quartier qui vit et évolue comme un personnage à part entière. Un ensemble de documents très disparates illustre le propos: extraits de films, évocations de décors, authentiques extraits de scénarios, manuscrits, photos, dessins préparatoires, affiches originales ainsi qu’une sélection de dessins et de maquettes provenant de la collection de la Cinémathèque française. La première partie de l'expo présente même la plaquette relatant la première séance publique des frères Lumières en 1895 -un sacré voyage dans le temps- ou des photos du funiculaire, datant de 1955! Car à Montmartre, non content de se considérer une commune libre, ils ont leur propre téléphérique et même leur propre bus!...

Comme au cinéma

L'expo est conçue de façon ludique, entre voyage dans le temps, plaisir des yeux, découvertes, instants nostalgie, la scénographie est très réussie, c'est une explosion visuelle et sonore. On prend le temps d'admirer photos et affiches, de s'assoir sur un banc (oui il y a des quoi s'assoir, comme au cinéma!), de regarder des extraits de films qui, du coup, nous donnent envie de les voir ou les revoir: Un Américain à Paris, Tout le monde dit I love you, des archives de French cancan au Moulin Rouge, du cinéma muet avec la poursuite sur les toits  du cinéma Gaumont Palace, Mistinguette, des films de Duvivier, Renoir, Michel Gondry, Karim Dridi...Une sélection pour le moins éclectique.


Du début de l’histoire du cinéma jusqu’à nos jours, le charme et l'histoire de Montmartre ont suscité l’intérêt des réalisateurs. De Marcel Carné à Woody Allen, de Jean Renoir à Jean-Pierre Jeunet, tous ont été attirés par l’atmosphère si particulière de la Butte, ses différents lieux si reconnaissables, (le Moulin Rouge, la Butte, le Sacré-Cœur, la Place du Tertre, le mythique cabaret le Lapin Agile ou encore l'avenue Junot, une des plus chères de Paris…), ses décors atypiques (escaliers, ruelles, maisonnettes, ateliers d'artistes, lampadaires…), et bien sûr ses habitants (artistes, danseuses, anonymes, poulbots, flics ou voyous, filles de joie…).

Car Montmartre est à la fois un décor et une ambiance. Ses escaliers et lampadaires, le Sacré-Cœur, ont été filmés maintes fois, ou reproduits pour les besoins d'un tournage, ce sont des décors qui situent immédiatement l'action. Dans Tout le monde dit I love you, Montmartre symbolise la capitale et le savoir vivre à la Française, un peu cliché mais so romantic!

Montmartre reste Montmartre

En tout, près d'un millier de films y ont été tournés, toutes époques confondues, des pionniers du cinéma à l'ère du numérique. La partie de l'exposition consacrée à Pigalle, avec des murs d'un rouge chatoyant, qui tranchent avec ceux en noir et blanc de la première partie, donne à voir des extraits du film Moulin Rouge de Baz Luhrmann et de French Cancan de Renoir. On y voit même des costumes, les dessins préparatoires de Max Douy, chef décorateur du film, ainsi qu'une lettre qu'il rédigea pour raconter la genèse du film. On s'y croirait!

Here We Are Now, Entertain Us! (Moulin Rouge)

Au dernier étage, on plonge dans le Montmartre imaginaire, de La science des rêves de Michel Gondry et le vol onirique de Gabriel Garcia Bernal au-dessus des toits de Paris, à l'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet. Le chef d’œuvre de Jeunet occupe une des salles les plus sympathiques et rigolotes de l'expo, transformée en véritable cabinet de curiosité, entre photos montage des voyages du nain de jardin, kaléidoscope de photomatons, recherches préparatoires et making of du tournage... 

Pigalle de Karim Dridi, donne à voir la mutation des boulevards, où les travestis ont peu à peu remplacé les meneuses de revue. Sans oublier une partie dédiée au Lapin Agile; "the oldest cabaret of Montmartre", où Picasso avait ses habitudes. Et tant d'autres références encore!

Un petit tour au Musée

On dit de Montmartre "c'est une machine à remonter l'histoire de l'art" et au fil de l'exposition, on retrace celle du cinéma, qui entre en résonance avec celle du quartier. Historiquement, malgré son rattachement à Paris en 1860, Montmartre a toujours revendiqué son indépendance et reste un quartier traditionnellement rebelle qui affirme une identité communautaire portée sur l'entraide et la sociabilité. Montmartre, commune libre, a également tenté de limiter l'emprise urbaine sur son village. Ainsi, même si les temps ont changé, grâce à l'action de préservation des Montmartrois, les décors et l'atmosphère du "village" ont pu être préservés.
C'est cette ambiance quelque peu surannée que l'on retrouve au Musée, la preuve en images:

Une partie de l'exposition se trouve dans un bâtiment dernièrement acquis par le musée, qui était l'atelier-appartement de plusieurs artistes, dont Maurice Utrillo. La collection permanente est, quant à elle, visible dans le bâtiment principal, lieu de créations de fameux artistes tels qu'Auguste Renoir, ainsi que des impressionnistes qui ont peints, entre autre, dans ses somptueux jardins. Un charmant salon de thé permet de se rafraîchir et de se restaurer dans une atmosphère champêtre, calme et sereine.

Montmartre, il est vrai, est bien un monde à part dans la capitale parisienne, un endroit où il fait bon vivre, déambuler, voyager dans le temps, et qui donne envie de revenir. Et son Musée, encore parfois injustement méconnu des habitants eux-mêmes, est à la hauteur du quartier. On repart même avec le bouquin de l'expo sous le bras, pour faire durer le plaisir!!

Montmartre, décor de cinéma

Musée de Montmartre
12, rue Cortot, 75018 PARIS

Du mercredi 12 avril 2017 au dimanche 14 janvier 2018

payant
évènement terminé

Bonus Playslist

On se quitte en musique ...

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !