Actualités
Nos librairies, ce trésor inestimable
La 3e édition du Pari des libraires a lieu à Paris vendredi 30 juin et samedi 1 juillet prochain dans plus de 100 librairies indépendantes, autour du thème "Ma librairie, mon quartier". Rencontre avec les marraines de cette édition, les auteurs Lolita Séchan et Véronique Ovaldé.
Lolita Sechan et Véronique Ovalde, marraines du pari des libraires

Coup d'envoi le vendredi 30 juin prochain, au Pari des Libraires, où plus de 100 librairies indépendantes vous attendent autour d’animations diverses : expositions, concerts, rencontres avec des auteurs, dédicaces, lectures, jeux… C'est l'occasion de (re)nouer des liens avec vos libraires de  quartiers, d'écouter leurs conseils de lecture. de dénicher le livre de vos vacances, si ce n'est pas encore fait!...

LE PARI DES LIBRAIRES 2017

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Cet événement, organisé par Paris Librairies  et soutenu par la Ville de Paris, contribue à recréer du lien social à travers la rencontre entre lecteurs, auteurs et libraires. Il fait la part belle aux libraires et à leurs officines, aux théâtres d'échanges, aux rencontres, aux coups de cœur, aux vocations. Les librairies sont une source inépuisable de découvertes où l'on aime se retrouver, comme au café du coin où l'on a ses habitudes. Comme le dit l'une des marraines de l'édition Véronique Ovaldé: "les librairies restent des lieux de diversité, de rencontres miraculeuses, de souvenirs, de déambulation... que vous entriez chez un libraire comme vous iriez toquer chez quelqu’un (pour boire un thé ou un remontant), quelqu'un qui vous ferait l'honneur de son intérieur, quelqu'un d'accueillant, avec lequel vous auriez des affinité plus qu’électives. mais bien sûr c'est déjà comme ça que ça se passe. Longue vie aux libraires, ces audacieux, ces aventuriers!"

Librairie Petite Egypte, Paris des Libraires

Que Faire à Paris: Comment est né votre amour des livres, quel est votre premier souvenir de lecture?

Lolita Séchan: Mes premiers souvenirs de lecture je les ai vécus avec mes parents. Yakari avec ma mère, Ernest et Célestine, Tintin, Chlorophylle et les rats noirs... avec mon père, L'œil du loup de Daniel Pennac.... Je me rappelle que mon père me lisait des Stephen King, mais il censurait certains passages. Lui collectionnait les BD, ma mère quant à elle, était une grande lectrice.

Véronique Ovaldé: Je lis depuis toujours, parce que c’est la meilleure manière de ne pas être là où vous ne voulez pas être, parce que cela m’a permis d’être libre et imprudente et d’abriter des trésors quand la vie n’était pas follement drôle, parce que c’est le moyen le plus efficace d’apprendre à transgresser les interdits. J’ai commencé à lire en bibliothèque, il n’y avait pas de livres à la maison. De manière boulimique, dévoratrice, vitale. J’y passais tout mon temps, je partais en vacances avec des valises de livres. Devant mon appétit, les bibliothécaires me permettaient de prendre des livres adultes avec ma carte jeunesse. C’était la première transgression. Je lisais Chandler, Hemingway, Tennessee Williams, Carson McCullers… J’étais, grâce à eux, fort loin de chez moi, plongée dans les mystères de toutes ces vies racontées. J’ai appris beaucoup en les lisant si jeune.

Gazette du Pari des Libraires

- Et concernant  l’écriture ?

Lolita Séchan: Quand j'étais à Montréal, je me suis inscrite à un atelier d'écriture. Du coup cela devenait très concret. Ce n'était plus de la théorie, on écrivait des pièces de théâtre, de la littérature jeunesse, des nouvelles, des livres illustrés,...

Véronique Ovaldé: L’écriture est venue presque en même temps que la lecture. J’étais une petite fille habitée par tout un tas de gens et encombrée par son imagination. J’étais solitaire, mélancolique et un peu mythomane. Inventer des histoires s’est imposée logiquement.

- Avez-vous des anecdotes rattachées à une ou des librairies/libraires?

Lolita Séchan: Entre 16 et 20 ans, j'allais avec mon père dans une petite librairie rue Dante où il y avait des exemplaires anciens de Classiques comme Tintin.
L'autre librairie qui m'a marquée, c’est celle où travaillait Thomas Gabison, Boulevard Saint Germain. A l'époque, j'avais les cheveux rouges comme le personnage de Daria, j'achetais des BD un peu "dark". Thomas Gabison est maintenant éditeur chez Actes sud BD et il va publier ma BD sur les petites taupes. C'est incroyable, c'est la personne qui m'a toujours conseillée à l'époque. Et Il continue à travailler dans cette librairie tous les dimanches!  
Une fois par semaine, je vais aussi à la librairie Les Traversées rue Mouffetard. Il sont toujours de bons conseils. ils m'ont fait participer au festival Pulp. Cette librairie organise aussi La bande des idées dans des bars, généralement à Paris.

1
Ça débat
Pour la bande des idées, tout le monde échange à partir d’une sélection composée de BD. Chacun choisit un album, le défend et les autres le démonte!...
Les traversées
2 Rue Edouard Quenu, 75005 Paris
Paris 5E

Véronique Ovaldé: Il y en a beaucoup : quand j’ai découvert qu’Alain Lemoine de l’Astrée était le petit garçon que ma mère gardait quand elle était jeune fille, quand une femme est venue me voir chez Mollat pour me dire qu’elle était ma cousine, quand on m’a demandé de signer le livre de quelqu’un d’autre, quand les dédicaces se transforment en fête, quand je faisais une lecture à l’Arbre à Lettres et que j’ai aperçu dans la librairie un de mes très vieux amis que je croyais mort, quand le libraire du Cadran Lunaire m’a mis dans les mains le premier livre de Carole Martinez (qui venait de sortir) et qu’il m’a dit « Lis ça »…

2
Comme dans les livres
Alain Lemoine de l’Astrée était le petit garçon que ma mère gardait quand elle était jeune fille...
L'Astrée
69 Rue de Lévis
Paris 17E

- Un souvenir qui vous aurait marqué en particulier ?

Lolita Séchan: J'aime beaucoup la librairie L'atelier d'à côté proche de chez moi. Il y a celle, dédiée aux livres d’Art et ouvrages illustrés, L'Atelier pour la littérature, la poésie, les essais, et L’Atelier d’en face, où on trouve de la BD et la littérature jeunesse.
J'ai travaillé 5 ans sur ma BD Les brumes de Sapa. C'est autobiographique. J'ai fait il y a longtemps un voyage en mode routard. J'ai rencontré Thi Gôm, petite fille de la minorité Hmong opprimée au Vietnam car considérée comme des indics pendant la guerre avec les américains. Cette rencontre m'a marquée. J'y suis retournée,  je suis retournée dans son village deux ans plus tard et je l'ai cherchée. Quand je l'ai retrouvée je lui ai dit "c'est moi avec qui tu avais parlé il y a deux ans mais bien sûr, elle ne s'en souvenait pas, j'étais une touriste parmi d'autres. Aujourd'hui elle est comme ma petite sœur, cela fait 15 ans que j'y vais tous les ans. A chaque fois que je passais à l'Atelier d'à côté, ma libraire me demandait régulièrement des nouvelles, me remotivant quand j'avais envie de baisser les bras!

NDLR: L’Atelier est par ailleurs membre du réseau Librest, qui regroupe sept librairies de l’est parisien ayant choisi de mutualiser leurs stocks, pour offrir à leurs clients un fonds plus important et un service de vente en ligne très réactif.

3
Comme à La maison
J'ai organisé le lancement des Brumes de Sapa là-bas, on était 90 sur le trottoir, c'était très gai!
L'atelier d'à côté
2bis Rue du Jourdain
Paris 20E

Véronique Ovaldé: Il y a beaucoup de libraires qui m’ont marqués, beaucoup sont devenus des amis, Nathalie Iris de Mots en marge, Olivier Michel de l’Humeur vagabonde, Jean Milbergue de Labyrinthes, Christel Dierickx du Cinquième Art, Sylvie Loriquer de l’Attrape-cœur, Philippe Leconte du Livre écarlate, mais non, je ne peux pas tous les citer, il y en a trop… 

4
Montmartre
Beaucoup de librairies m’enchantent, je vais plutôt dans celles de mon quartier (j’habite dans le 18e), c’est un peu mon bistrot de quartier où l’on se retrouve entre amis le samedi matin.
L'attrape coeur
4, place Constantin Pecqueur
Paris 18E

- Comment avez-vous connu le pari des libraires ?

Lolita Séchan: Je connaissais déjà le site. Mon éditeur m'en a parlé, je n'avais jamais travaillé au service de quelqu'un, du coup j'étais un peu tétanisée! Paris Librairies et Paris ma ville m'ont proposées de décliner mes petites taupes car j'adore les dessiner.

Véronique Ovaldé: A cause de Paris Librairies, je me sers de ce site pour trouver le livre que je veux dans la minute…

- Qu’est-ce que cela représente pour vous d’être marraines ?

Lolita Séchan:  C'est un honneur! Avant, j'étais un peu comme tout le monde, je voulais un bouquin, une BD de suite, du coup je commandais sur amazon. Je cautionnais un système auquel je n'adhère pas. Maintenant, je prends toujours le temps d'aller dans une librairie. Surtout que je n'ai jamais lu un livre sur un IPad et j'achète encore des CD!...

Lolita Sechan marraine du Pari des Libraires

Véronique Ovaldé: C’est évidemment un honneur et un plaisir. Je suis librairo-dépendante : je ne peux imaginer aller en vacances dans un endroit où il n’y a pas de librairies…


Retrouvez tout le programme du Pari des libraires:

Le Pari des Libraires

Du jeudi 29 juin 2017 au vendredi 30 juin 2017

évènement terminé