Actualités
Vas-y dans le métro!
302 stations, 203km de voies et 700 rames: voici quelques chiffres vertigineux sur le métro parisien, qui dissimule dans ses galeries complexes d'authentiques trésors. Dégainez votre Pass Navigo ou un simple ticket et partez à l'aventure 20 000 lieux sous la terre!
Station Arts et Métiers

Le métro fournit à l’étranger la meilleure occasion d’imaginer qu’il a compris [...] l’essence de Paris.

Le Journal - Franz Kafka

Dès son ouverture en 1900 pour l'exposition universelle, le métropolitain connait un succès considérable auprès des Parisiens. Les artistes se l'approprient rapidement:  Jacques Prévert et Robert Desnos, par exemple, en font un sujet littéraire. Charles Trenet et Edith Piaf, entre autres, l'ont chanté, tandis que Robert Doisneau et Robert Capa l'ont photographié sous toutes les coutures. Cependant, il faudra attendre 1968 pour que l'art fasse son entrée dans les sous-sols parisiens.

Les classiques

Station Louvre - Rivoli (Ligne 1)

Si le mythique carrelage blanc est ancré dans la culture populaire, de nombreuses stations présentent une décoration originale. La station "Louvre-Rivoli", à l'époque nommée simplement "Louvre", fut la première aménagée de la sorte. Inaugurée en 1968 par le ministre de la culture André Malraux, elle présentait, comme aujourd'hui, des reproductions d’œuvres exposées dans le musée éponyme. 

Métro Louvre-Rivoli

Station arts et métiers (Ligne 3)

Voici certainement la station la plus déconcertante de toutes. 800 plaques de cuivre fixées au mur reproduisent l'intérieur du Nautilus de Jules Vernes dans 20 000 lieues sous les mers (1869). Cette décoration mise en place en 1994 célèbre le bicentenaire du Conservatoire national des arts et métiers. Les engrenages au plafond, associés au va-et-vient des métros rappellent le fonctionnement des moteurs à pistons. 

Arts et métiers

Les modernes 

Station Saint-Germain-Des-Prés (Ligne 4)

Moi ce que j'aurais voulu c'est aller dans le métro

Zazie dans le métro - Raymond Queneau

En 2000, pour célébrer le centenaire de l’ouverture de la première ligne, la RATP redécore plusieurs stations et notamment "Tuileries", dont les fresques retracent l'évolution culturelle du métro en relation avec celle du vingtième siècle. Dans le même esprit, à la station Saint-Germain-des-Prés, les noms de grands artistes et intellectuels parisiens, ainsi que certaines de leurs citations, sont projetés sur les voûtes.

Station de métro Saint-Germain-des-Prés

Station Bir-Hakeim (Ligne 6)

Depuis 2008, aux extrémités des quais de la station Bir Hakeim, trônent deux grandes verrière offertes par la ville de Chicago. En contrepartie, un édicule Guimard a été installé à la station Van Buren Street. Les deux fresques traversées par la lumière procurent à la station une ambiance singulière. En prime, si vous prenez la ligne 6 entre la station Bir Hakeim et Passy, vous profiterez d'une des plus belles vue de Paris: un panorama sur la tour Eiffel, avec le Sacré Cœur en arrière plan.

Station de métro Bir-hakeim

Dehors 

ÉDICULE Guimard

Lors de la création du métro, les édifices d'entrée des bouches de métro sont confiés à Hector Guimard, un architecte adepte du style Art nouveau. Il imagine plusieurs édifices qui s'adaptent à toutes les rues de Paris. Petit à petit ces édicules passeront de mode, et seront remplacés dans les années 1920, avant qu'on ne décide de les protéger à la fin du XIXe siècle.

Edicule Guimard Station Denfert-Rocherau

Call & Response

C'est le nom d'un cube lumineux géant qui accueille les voyageurs à la station Porte de Vincennes. Installé à la bouche la plus proche de l’arrêt du tramway T3, il passe du rose au bleu au rythme du passage des tramways. 

Call & Response de Ben Langlands & Nicky Bell

Dedans

La Poule de la station MADELEINE

Ryaba, c'est le nom de la poule qui orne la mezzanine la station Madeleine. Offerte par la Russie en 2009 lors d'un échange culturel, ce vitrail comporte de nombreuses références à la culture russe. Au centre de l’œuvre se trouve un œufs doré de 80kg, dont on dit qu'il porte bonheur à ceux qui le touchent. En échange, un édicule Guimard offert par Paris fut installé à l’entrée de la station Kievskaïa à Moscou.

Poule de la station Madeleine

Station Porte des Lilas - Cinéma

Il existe des stations dans lesquelles les plus parisiens d'entre nous n'ont jamais mis les pieds: ce sont les stations fantômes. En tout, 16 stations sont inutilisées et inaccessibles aux usagers. Parmi celles-ci se trouve la station PORTE DES LILAS - CINÉMA. Il s'agit de quais abandonnés en 1939 qui servent aujourd'hui aux tournages de films et de publicités. La station est particulièrement utile lorsqu'il s'agit de recréer les anciens décors du métro. Changeant de nom au gré des réalisateurs, elle se fit par exemple passer pour la station Abbesses dans Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain ou Charles de Gaulle Etoile dans Les Rois Mages.

Station de métro Porte des Lilas-Cinéma

Décarossage

Dans les galeries du métro, la beauté se cache parfois là où on ne l'attend pas, et notamment sous les revêtements métalliques de certaines stations. En effet, entre les années 1950 et 1970, pour les rénover à moindre coût, une carrosserie métallique fut fixée à même le carrelage. Par gain de temps, les murs n'ont pas été nettoyés de leurs affiches publicitaires. Depuis 2007, la RATP réalise un grand plan de rénovation du métro et ces stations sont "décarossées" au fur et à mesure. Le temps des travaux, les affiches d'époque refont surface. Pubs rétros, vieux règlements intérieurs, plans de métro d'époque... les fossiles du sous-sol parisien refont surface. 

Amoureux transit

Enfin, pour les amoureux du métro, au sens propre du terme, découvrez le site Croisé dans le métro. Il recense les annonces des usagers qui regrettent de ne pas avoir osé déclarer leur flamme à un(e) inconnu(e) dans les transports en commun. De quoi donner un peu d'humanité à ce moyen de transport, qui en dépit de son image parfois terne a bien des surprises à offrir aux voyageurs.

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !