Eugene Richards
Expositions
THE RUN-ON OF TIME : une rétrospective de EUGENE RICHARDS
La Grande Arche - Le Photojournalisme
Pour la première fois à Paris, une grande rétrospective de Eugene Richards présente près de 160 tirages comme autant de témoignages.

S’il n’avait pas atteint l’âge de la majorité en 1969, année où les États-Unis menaient toujours une guerre impopulaire au Vietnam, Eugene Richards n’aurait pas été le même photographe, celui qui s’est concentré dès le début de sa carrière sur les problèmes de la société américaine.

Après avoir refusé d’effectuer le service militaire obligatoire et en attendant d’éventuelles poursuites judiciaires, il s’inscrit dans un programme d’études supérieures sous la direction de Minor White, photographe d’art, mais se sent de moins en moins solidaire de son pays et de plus en plus en colère contre lui. Il choisit alors de rejoindre en tant que volontaire les forces civiles de VISTA, un programme créé depuis peu dans le cadre de la lutte contre la misère aux États-Unis. À cette époque, il s’intéresse davantage à l’action sociale qu’à la photographie.

Brooklyn, New York, 1993

Affecté dans le delta de l’Arkansas, il travaille auprès des plus démunis. Puis avec d’autres bénévoles, ils ouvrent un centre de services sociaux de proximité et créent un journal local, Many Voices. C’est à ce moment-là qu’il commence à prendre des photos lorsqu’il dispose d’un peu de temps.

Son intention est de mettre en lumière ces personnes qu’il rencontre, ces personnes qui doivent lutter pour s’en sortir. Les victimes de la misère, de la ségrégation sociale et raciale, de la violence, les handicapés mentaux qu’on enferme, les soldats durement éprouvés par la guerre, les médecins et personnels soignants harassés, les victimes de la drogue ; il prête à chacun d’entre eux une écoute et un regard attentifs pour nous les présenter à travers des images empreintes de bienveillance et d’empathie, témoignant d’un profond respect pour l’humanité.

Les photos de Eugene Richards sont mélancoliques, presque toujours en noir et blanc, et isolant parfois les personnages dans des paysages tourmentés.

Brooklyn, New York, 1992

Informations
pratiques

La Grande Arche - Le Photojournalisme
1 Parvis de la Défense
92044 Puteaux

Dates

Du 23 octobre 2017 au 10 janvier 2018
les lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche de 10h à 19h

Prix

Payant - Plein tarif (accès Toit + Arche du Photojournalisme) : 19 € Tarif accès toit de la Grande Arche : 15 € Tarif étudiants (-26 ans et sur présentation de la carte d’étudiant) : 10€ Tarif unique accès Arche du Photojournalisme : 4 €

S'y rendre

  • 1 : La Défense - Grande Arche (138m) 1 : Esplanade de la Défense (1033m)

Plus d'infos

Par ici la compagnie !

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !