Actualités
Voyagez dans les étoiles avec l'expo "Météorites"
Chondrites, sidérites, pallasites… Il n'était pas aisé de rendre attrayants ces "cailloux" venus de l'espace, pourtant grâce à une très belle scénographie, l'exposition "Météorites" nous plonge au cœur du système solaire et nous fait découvrir ces corps célestes vieux pour certains de plusieurs milliers d'années. Suivez-nous et partez pour les étoiles!
exposition météorites

La longue file d'attente s'étend jusqu'à l'extérieur de la Grande Galerie de l'évolution du Muséum d'Histoire naturelle. Vacances scolaires et météo pluvieuse obligent, les visiteurs composés pour l'essentiel de familles se pressent à l'entrée. Il faut dire que l'exposition "Météorites, entre ciel et terre" a de quoi susciter l’intérêt, ces pierres extraterrestres fascinent autant qu’elles inquiètent, A la lumière des toutes dernières avancées scientifiques, l'expo vous embarque pour un voyage dans l’espace et le temps. Alors, prêt au décollage?

Une collection impressionnante

Détenteur de la troisième plus grosse collection de météorites au monde avec plus de 4000 fragments en stock, dont certains extrêmement rares. le Muséum n'a pas fait les choses à moitié. Longtemps inexploitée, cette collection inestimable issue de collections publiques et privées, notamment celle de René Just Haüy (1743-1822), minéralogiste français et fondateur de la cristallographie géométrique, est aujourd'hui mise en lumière.

Météorites

Un ciel parsemé d'étoiles nous accueille et nous immerge d'emblée dans un univers interstellaire, à la rencontres des "stars" de l'exposition: ces météorites âgées de 4,56 milliards d’années qui ont voyagé des centaines de millions de kilomètres avant de parvenir jusqu’à nous. Environ 350 pierres remarquables, de toutes origines et de toutes tailles, s'égrènent le long du parcours. 

On pourra approcher de près celles qui sont entrées dans l'histoire, à l'image de "La Caille", la plus grosse météorite française. Découverte entre 1650 et 1700, elle pesait 625 kg. Tout à côté trône, noire et lisse, la "météorite d'Alabama". Présentée pour la 1ère fois en France, cette pierre de 4 kg a fait les gros titres de la presse américaine lorsque le 30 novembre 1954, elle traverse le toit d’une maison, rebondit sur un meuble radio avant de percuter la hanche de Ann-Elizabeth Hodges qui faisait une sieste sur son canapé. Elle s’en sortira avec de sérieuses contusions et en fera don au Muséum de l’Alabama. Et puis derrière une petite vitrine repose un échantillon de la météorite la plus dangereuse au monde. Tombée à Chelyabinsk en Russie, son onde de choc a fait plus de mille blessés et des dégâts considérables.

Dans leur immense majorité, les météorites sont composées de fragments d'astéroïdes. Un petit nombre d'entre elles provient de Mars ou de la Lune, que vous pourrez observer et même toucher! Il suffira de glisser ses doigts derrière une vitre en plexiglas pour caresser la météorite lunaire. Quand on dit que vous pourrez toucher les étoiles!

La 2e partie de l'exposition nous emmène aux origines des météorites. On apprendra comment elles se sont constituées voilà des milliers d'années dans notre galaxie. On y découvrira les multitudes de météorites qui existent. Les chondrites sont les roches les plus anciennes du système solaire, les achondrites lunaires et martiennes font rêver les amateurs d’espace, quant aux météorites de fer et les pallasites, elles sont parmi les plus spectaculaires. 

Une scénographie ludique et interactive

Loin d'être trop pointue ou trop scientifique, l'expo se rend accessible à tous et mise beaucoup sur les installations tactiles et ludiques. Ce parcours totalement immersif, où les lumières ont étés habilement tamisées, l'ambiance sonore travaillée, nous plonge dans un monde spatial où le jeune public est encouragé à toucher, à découvrir...

Cratère météorites

Du grand écran qui explique le processus d'entrée dans l'atmosphère d'une météorite, aux panneaux interactifs qui délivrent toutes sortes d'informations, en passant par les vitrines qui renferment les météorites les plus précieuses, les yeux du visiteur sont sans cesse happés et notamment ceux des plus jeunes. Dans la première partie consacrée aux chutes, les enfants pourront ainsi intercepter les pierres venues du ciel! Placés à l'intérieur d'un cercle, face à un grand écran auquel ils sont connectés, les apprentis-chasseurs de météorites devront les récupérer avant qu'elles ne touchent le sol... 

Dans la même veine, ils seront aussi confrontés à des situations extrêmes, en l’occurrence si une météorite venait à détruire la Terre... Là, la situation est entre leurs mains, ils devront surveiller les masses menaçantes sur deux postes, l’astronomètre et l’astronome vigie. Puis sous forme de quiz et de vidéos d’animation, ils étudieront toutes les possibilités pour éviter le pire. On apprendra aussi ce qui arrive au caillou quand il traverse l’atmosphère. Est-il chaud ou froid? Vos mains vous le diront puisque vous aurez la possibilité de les toucher...

Toutefois, la belle surprise de cette exposition qui plaira à coup sûr aux enfants, réside dans l'écran arrondi de 8 mètres offrant une vue panoramique sur le système solaire, qui n'est pas sans rappeler La Géode. Embarquez dans ce vaisseau blanc le temps d'un court film retraçant la formation des astéroïdes et des planètes. Confortablement installés sur les fauteuils ou tout simplement à même le sol avec comme point de mire les étoiles, vous vous laisserez envahir par la voix profonde du narrateur commentant la valse des météorites. Plongeon garanti dans les profondeurs abyssales de la voie lactée. 

dôme météorites

Et puis parce que le Museum pense vraiment à tout, l’exposition sera accompagnée d’activités de 30 minutes, à faire en famille, dès 8 ans. Elles seront proposées dans un espace dédié, au sein de l’exposition. Tous les jours (hormis les mardis) pendant les vacances de la Toussaint, et tous les mercredis et week-ends en dehors des vacances scolaires. Durant cet atelier, parents et enfants apprendront à reconnaître les météorites, en jouant à retrouver celles qui ont été cachées parmi de nombreux intrus… 

L’exposition temporaire parvient donc à trouver un juste équilibre entre discours ludique pour les petits et approche scientifique précise et complète pour les grands.

Une expo pluridisciplinaire

Même si l'expo s'attache à mettre en avant l'aspect scientifique, elle n'en oublie pas pour autant l'aspect sociologique du sujet en évoquant les croyances et les superstitions dont elles ont fait l'objet durant des siècles. Pendant longtemps les météorites ont été considérées comme des manifestations divines, des pierres magiques, faisant parfois l’objet de cultes. On y apprend par exemple qu'au cours du 1er millénaire au Moyen-orient, elles étaient appelées bétyles. L’un des plus célèbres bétyles était la pierre noire de la ville d’Émèse (Homs en actuelle Syrie), installée dans le temple du Soleil. Pour les aztèques, les météorites étaient tout simplement du "caca" des Dieux! 

météorites

Ce n'est qu'en 1794 qu'on commence à se poser des questions plus concrètes sur la provenance de ces pierres... avec notamment les écrits d'un physicien nommé E.F.F. Chladni, qui avance que ces pierres viennent de l’espace. L’accueil est pour le moins contrasté...

C'est à l'Aigle en Basse Normandie que tout va commencer.  Le 26 avril 1803, des milliers de pierres s’abattent sur la commune. Un jeune physicien, Jean-Baptiste Biot, est envoyé sur place pour enquêter sur l’événement. Tous les témoignages sont unanimes: les pierres sont tombées du ciel, et Biot en conclut qu'elles proviennent de l’espace. La qualité de son rapport, extrêmement documenté, permet de convaincre ses lecteurs et met fin à la controverse. Les météorites deviennent alors des objets de science et leur origine extraterrestre est acceptée par l’ensemble de la communauté scientifique européenne.

Elles deviennent sources de connaissance et nous renseignent notamment sur les grandes périodes de notre civilisation telles que le big bang, la création du système solaire, l'apparition des premiers hominidés.... Les scientifiques sont toujours à la recherche de nouvelles météorites pour valider et compléter les informations déjà obtenues, mais aussi parce que des spécimens inédits sont la promesse de nouvelles découvertes. 

météorites

Et pour finir on n'omettra pas de parler de la dimension artistique, puisque rien n'a été oublié! On croisera ainsi manuscrits, huiles sur toile et gravures (dont la célèbre Melencolia d’Albrecht Dürer) qui viendront illustrer les divers regards portés par l’Humanité sur ces nébuleuses météorites, avant que leur mystère ne soit percé au au cours du 19e siècle. Ce sont pas moins que trois cent cinquante pièces qui ont été rassemblées par le Muséum National d’Histoire Naturelle, de façon à offrir le parcours le plus immersif et le plus complet possible.

Une belle expo accessible à tous, et qui nous en met plein les yeux! A découvrir jusqu'au 10 juin 2018.

INSOLITE

Le 9 octobre 1992, un spectaculaire bolide a survolé plusieurs états des États-Unis sur 800 km en 40 secondes avant d’atterrir à Peekskill, dans l’état de New York. Vue par des dizaines de témoins, la chute a été filmée par 16 caméras vidéo et a fini sa course en défonçant l’arrière d’une Chevrolet Malibu rouge. La voiture achetée quelques jours plus tôt pour 300 dollars, fut revendue… 10 000 dollars! Certains objets prennent de la valeur après avoir été touchés par une météorite... Cette voiture sera exposée durant 3 mois devant la Grande Galerie de l’Évolution.

Météorites, entre ciel et terre

Grande Galerie de l’Évolution
36 rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris

Du mercredi 18 octobre 2017 au dimanche 10 juin 2018

payant
évènement terminé
Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !