Expositions
Corps pour Elles
Espace Carpeaux
Chaque année, en Novembre, Paris vibre au rythme de la photographie. 2017 n’échappe pas à la règle avec la nouvelle édition de Paris Photo et une belle programmation dans les galeries de la capitale. C’est dans ce contexte que l’artiste J.LEO a choisi de présenter pour la première fois sa série de bodyscape dans une exposition "Corps pour Elles".

Photographe depuis l’adolescence, Jean-Léonard Polo a, pour la première fois dans sa carrière, les honneurs d’une exposition personnelle à l’Espace Carpeaux de Courbevoie. « Corps pour elles » présente le travail récent du photographe réalisé l’année écoulée sur le thème du bodyscape (littéralement corps-paysage). Il s’agit de se servir d’une partie du corps nu, ici exclusivement féminin, comme point de départ pour raconter des histoires et y placer des saynètes à l’aide de petites figurines et d’accessoires.

Agissant comme un trompe l’oeil, la composition ainsi mise en scène apparaît au premier regard comme un authentique paysage. Mais en observant plus attentivement, on découvre que ce décor « naturel » est trompeur. Invariablement, le corps nu sert de fond tandis que des éléments artificiels le parent. Ces éléments sont des figurines de modélisme à l’échelle 1/87ème (personnages, animaux, éléments de décor avec parfois ajout de sable ou de fumée) qui prennent vie dans le décor qu’on leur attribue : désert aux dromadaires, brousse aux crocodiles et aux léopards, chantier aux ouvriers, jardin où l’on tond la pelouse, oasis où viennent s’abreuver des flamands roses, militaire faisant son quart… Le petit monde imaginaire de Jean-Léonard Polo prend vie sous sa direction et s’anime sur la chair du modèle.

La dimension érotique n’est ici ni mise en avant ni même recherchée, Jean-Léonard Polo veut créer un univers esthétique et onirique qui permettra au spectateur de rêver et d’imaginer des histoires. La prouesse dans ce travail vient alors du fait de cacher les parties érogènes et sexuelles du modèle car là n’est pas le but recherché. Le corps du modèle devient ainsi un médium malléable pour le photographe. Sur certaines photographies, l’oeil du regardeur reconnaît un sein, la cambrure d’un dos, les courbes de fesses mais la prise de vue en macro éloigne toute dimension érotique et rend parfois difficile toute certitude de reconnaissance formelle de telle ou telle partie du corps. Ainsi, les tétons quelques fois apparents deviennent eux-mêmes éléments du décor, c’est à dire neutre, la portée érotique y est annihilée. L’absence systématique de visage sur l’ensemble de la série empêche toute identification et accentue la distance entre le spectateur et la dimension sensuelle de la photographie.

De même, il faut noter l’importance des lumières qui rythment et mettent en scène la composition. Les fonds unis sont parfois envahis de fumée qui deviennent brouillard nocturne dans le paysage de cerfs au sortir de la forêt, le contrejour volontaire employé pour certains clichés rhabillent le corps dénudé, et le positionnement de certaines lumières évoquent le soleil de fin de journée. La particularité que s’impose Jean-Léonard Polo dans sa démarche est celle de ne faire aucune retouche une fois la prise de vue achevée. Tout le travail de précision et de recherche se fait auparavant et nécessite une préparation minutieuse et délicate.

Jean-Léonard Polo pourrait faire sienne cette phrase d’Helmut Newton : « Rien n’a été retouché, rien n’a été modifié par des moyens électroniques. J’ai photographié ce que j’ai vu ». Car le photographe révèle ce qu’il voit à son spectateur. Le corps du modèle lui inspire un paysage, une mise en scène précise, tel personnage ou tel animal. Les seuls artifices utilisés sont du sable, de la fumée, des paillettes d’herbe et parfois de l’eau. Le temps de préparation pour la mise en place de ces éléments, les faire tenir de façon naturelle sur le corps est l’une des parties les plus longues du travail. Tel un démiurge, Jean-Léonard Polo nous invite à un voyage autant imaginaire qu’artistique.

Informations
pratiques

Espace Carpeaux
15 boulevard Aristide-Briand
92400 Courbevoie

Dates

Du 7 novembre au 21 décembre 2017
le mercredi de 14h à 19h
le samedi de 14h à 18h
les mardi, jeudi, vendredi de 16h à 19h

Prix

0 €

S'y rendre

  • 1 : Esplanade de la Défense (1546m) 1 : Pont de Neuilly (1711m)

Par ici la compagnie !

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !