Le Paris des Parisien·ne·s
DAcRuZ, l'artiste derrière le masque
Nous poursuivons notre série de rencontres avec les artistes urbains de la capitale. Aujourd'hui, c'est dAcRuZ qui a accepté de nous parler de son travail, sans oublier de nous refiler ses bonnes adresses!
Dacruz pour le JSD

Le Paris de DAcRuZ

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

«Je suis né et j'ai grandit ici». dAcRuZ désigne un immeuble tout blanc, à deux pas du petit café où nous nous réfugions. C'est sous une froide pluie de décembre que nous avons arpenté la rue de l'Ourcq au pas de course. On n'a presque pas pris le temps d'admirer les œuvres sur le chemin...

Enfin réchauffée, devant un café, je réalise que cet endroit est assez étonnant et tranche avec la grisaille parisienne. «Ici, c'est le Mama Kin, notre QG!». Ce nous, c'est l'association qu'il a montée: «Culture Pas Sages», un collectif d'artistes urbains qui distille l'art du Graffiti dans le 19e. 

1
Mon QG
Les deux patrons Gauthier et Seb sont des globe-trotters, ils nous ont inspiré cette ambiance africaine.
Le Mama kin
13, rue de Thionville
Paris 19E
La Mama Kin

Mais tout a commencé dans les années 80, dans ce quartier populaire. «J'ai reçu la culture Hip-Hop comme une vraie révolution, j'avais 10 ou 12 ans». Il commence alors le tag et le flop (graff simple, sans remplissage), «de fil en aiguille, j'ai fait mes armes sur le territoire du 19e et puis un jour j'ai voulu être unique dans mon style».

Aujourd'hui, on reconnait bien les œuvres colorées de dAcRuZ. «C'est un mélange de graffiti old school et d'arts dits primitifs, avec principalement des masques, en particulier ceux d'Amérique du sud». Un choc esthétique qui lui vient de l'enfance. 

2
Avec mon fils
Il est petit mais je l'ai emmené au Festival Freestyle Villette, il s'est éclaté à peindre dans notre installation.
Grande Halle de la Villette
211 Avenue Jean Jaurès
Paris 19E

«Quand on était gamins, un dessin animé faisait fureur. j’ai été très marqué par les Cités d’Or, ça me fascinait. Les héros se baladaient sur tout le continent latino-américain avec plein de péripéties, et à chaque fois l'épisode se terminait par des images documentaires sur les Incas ou les Mayas». 

La légende des Cités d'Or

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Plus tard, un voyage au Pérou vient confirmer cette passion. "J'y ai passé deux mois et j'ai pu faire deux fresques à Nazca. J'avais travaillé sur la reproduction d'un masque africain Baoulé et la réaction des gens a été étonnante, parce qu'ils ont cru que c'était un masque traditionnel Inca. Je me suis dit qu'il y avait quelque chose d'universel dans ces masques et qu'il fallait poursuivre sur cette voie.»

3
Arts premiers
Je n'y vais pas assez souvent mais j'aime le Quai Branly parce qu'il rend hommage à toutes les cultures que j’aime.

Les voyages qui suivent confortent cette impression. De l'Afrique au Moyen Orient, en passant par l'Asie, dAcRuZ parcourt la planète, se nourrissant des cultures anciennes et partageant ses œuvres avec le plus grand nombre, même si parfois, «les facteurs politiques et religieux peuvent changer la donne». L'artiste en fait son affaire, il sait que peindre dans la rue nécessite l’approbation de ses habitants: «finalement c'est une oeuvre collective.» 

Justement, retour à Paris. Le jeune papa fait partie des artistes sélectionnés pour un projet figurant au budget participatif. «Le 20 décembre, je vais devoir proposer 3 croquis au habitants de la rue des Périchaux dans le 15e», un arrondissement qu'il avoue peu connaitre. Et pour cause, il habite aujourd'hui à l'autre bout de Paris, porte des Lilas, et il a son atelier au 6B à Saint-Denis, même s'il est toujours fourré dans le 19e. «Avec mon asso, on organise chaque année le Festival Ourcq Living Colors

4
Le meilleur Pho
Ce resto est incontournable, ils font les meilleurs soupes asiatiques de Paris!
Le Chamroeun
4, rue Mathis
Paris 19E

Ourcq, c'est son territoire. En quarante ans, il a vu son évolution et y a même participé. «Ici, il y a toutes les origines et toutes les religions, le quartier se gentrifie mais garde une âme populaire. Toute la planète se croise, et puis on a la chance d’être au bord du canal, et entre le parc de la Villette et des Buttes Chaumont». Avec ses couleurs, l'artiste illumine la grisaille parisienne et offre aux habitants une iconographie commune grâce à ses totems urbains. 

5
Un nouveau Bar
Des bières bio et une super terrasse avec une jolie vue sur les piliers du pont, repeint par nos soins.
L'Atalante
26 Quai de la Marne
Paris 19E

Mais il fait aussi partie des quelques élus qui se vendent à présent en galerie. Toiles, sculptures, performances, festivals, dAcRuZ vit pleinement de son art et si on lui demande ce qu'on peut lui souhaiter pour la suite, il répond sans hésiter «continuer, tout pareil!»

L'actu de Da Cruz

Une fresque dans le 15ème arrondissement de Paris!

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Un grand remerciement à Yann Mambert pour le portrait de l'artiste!

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !