Loïc Froissart
Expositions
Les gorgones de Adèle Mosonyi
Centre Paris Anim' Solidarité Angèle Mercier
Exposition de peintures

Adele Mosonyi, fille de musiciens, née en Angleterre en 1955, a grandi à New York ou elle a commencé à peindre très jeune. Elle vit et travaille en région parisienne depuis plus de quarante ans, son atelier installé depuis l’année 2000 du côté des Puces à Saint Ouen. Son nouvel atelier a vu le jour en 2015 sur la falaise du port du Pollet à Dieppe.

Formée à l’Ecole des Beaux Arts de Paris (ateliers Plin, Gorbato, Matthey), en parallèle avec des études de philosophie et d’histoire de l’art à Paris X, elle a participé à de nombreuses expositions collectives (Washington, Grand Palais, Musée de Luxembourg, Cannes, Mantes-la-Jolie, Montgeron, St Ouen, Dieppe) par le biais des manifestations telles que Comparaisons, le Salon d’Automne ou le Salon du Dessin et de la Peinture à l’Eau, ainsi que des manifestations de quartier dans Paris ou à Saint Ouen, telles que le Carré d’Art de la Goutte d’Or, le Festival de la Cour Saint Pierre (17ème), le festival au féminin au café littéraire du Petit Ney (18ème) ou la galerie l’Art & la Paix à Saint Ouen.

Associée régulièrement aux écrits d’amis poètes (Sylvie Chastain, David Galler, Myriam Mason, Marc Vaution), elle s’inspire à présent des icônes féminines des textes antiques. Elle a été l’invitée à plusieurs reprises des Amis de la Poésie de Montgeron (Essonne), dont une première grande exposition individuelle en 1995 intitulée Chantiers, Murs et Bibliothèques. Depuis elle est revenue à la figure humaine en explorant la silhouette du Pendu, la nature trouble de la femme dans les Putains, dans les Mamans et dans des séries de figures fabuleuses et/ou monstrueuses, telles Déméter, Perséphone, Léda, Médée ou la Méduse. A travers ses lectures des multiples versions des mythes antiques, elle est à la recherche d’une iconographie nouvelle. Dernièrement elle revisite des personnages romanesques tels que Caliban de Shakespeare ou s’inspire tout simplement du quotidien de l’humain dans de nouvelles séries telles que Mother & Babe ou Man & Woman, tout en y apportant un regard de femme contemporain.

Des séjours réguliers en Chine ont été déterminants dans l’évolution plastique de l’artiste, notamment dans l’usage de l’encre de chine et dans une gestuelle dynamique de la ligne, mais aussi dans la recherche d’une conciliation entre figuration et abstraction sur un plan plus formel. D’autres voyages à travers l’Europe et au Maroc ont permis à l’artiste d’étendre la gamme de sa palette, la couleur étant à la base de toute sa réflexion esthétique depuis toujours. Comme dans des gammes chromatiques, chaque teinte a son propre timbre qui peut se fondre de manière chorale ou résonner librement de façon polyphonique. L’artiste tente d’associer cette pensée chromatique à un travail sériel sur chaque motif comme dans une suite de variations musicales. Ainsi c’est la couleur qui détermine le pouls de chaque composition, qui anime les lignes et les formes, qui donne vie au motif sur la toile.

Informations
pratiques

Centre Paris Anim' Solidarité Angèle Mercier
133-135 boulevard Serurier
75019 PARIS

Dates

Du 8 au 28 janvier 2018
les lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 10h à 13h
les lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h à 22h
le samedi de 10h à 19h

Prix

0 €

S'y rendre

  • 7bis : Danube (208m) 7bis : Pré Saint-Gervais (424m)

Plus d'infos

Par ici la compagnie !

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !