Le Paris des Parisien·ne·s
Garance: "Pour chanter à Paris, il ne faut rien lâcher"
Si vous n’aimez pas la chanson, les histoires bien balancées, la fraîcheur, la spontanéité, forcément vous ne connaissez pas Garance Bauhain. C’est en l’écoutant un soir sur une péniche, qu'on l'a adorée et qu'on a eu envie de la suivre. Une graine de grande, non formatée et libre. A découvrir en ce moment au théâtre de l’Essaïon (4e).
Garance

Ce n'est pas que le nom, elle a bien quelque chose de Garance, l’impétueuse et libre héroïne des Enfants du Paradis, portée par la sublime Arletty: le caractère; la gouaille. En plus moderne, bien sûr, et... en couleurs. Surtout en rouge vif, la couleur d'ailleurs obtenue grâce à la garance, plante utilisée en teinturerie: le rouge du tempérament bien trempé et de la passion.

Native de Corse, elle vivait à Poitiers et il y a quatorze ans, elle débarque à Paris pour suivre les cours Florent, Elle a 18 ans et se voue alors à la scène théâtrale. Mais des retrouvailles avec Brams, un ancien ami de lycée avec qui elle partage la passion de l’écriture de chansons, lui fait changer d’optique: elle sera chanteuse ! Elle commence avec lui, un set en duo s’accompagnant l'un l'autre. Mais Brams décide d'arrêter la chanson. Qu’à cela ne tienne, elle se lance en solo: auteure, compositrice et interprète, elle est bien décidée à faire entendre sa voix. Elle bat le pavé parisien avec un entrain débordant, elle a le contact direct et naturel et c’est avec un grand sourire qu’on la retrouve dans un petit bar du 4e, à deux pas du Théâtre de l’Essaïon où elle se produit en ce moment, tous les mercredis à 19h45, jusqu’au 21 février.

Garance

Repérée à Avignon

Elle est ravie : « C’est une nouvelle expérience, un lieu que je ne connaissais pas. Pour moi, il ne faisait que du théâtre mais non, il y a bien une scène chansons. C'est une formidable opportunité pour des artistes comme moi. La salle de 75 places est entièrement refaite à neuf.» C’est dans le cadre du festival OFF d’Avignon où elle chantait à la Maison de la parole, que la directrice du théâtre de l'Essaïon la remarque et lui propose des dates. «J’étais un peu pétrifiée parce que six dates dans cette salle de 75 places, c’était chaud. Je ne voulais pas y aller. Mais cela est arrivé à point nommé car en parallèle j’ai entrepris une collaboration avec le tourneur Ma Parole Tour, C’est un nouveau tourneur qui a été créé par Roxane Joseph (directrice de la Menuiserie à Pantin, du Festival TaParole à Montreuil et du Forum Léo Ferré à Ivry-sur-Seine). Dans le catalogue il y a Batlik, Lisa Portelli, David Lafore, Nicolas Joseph, Guilhem Valayé et moi. Pour acter le début de notre collaboration, on a décidé de faire cette série de dates. Ils vont m'aider à faire venir les professionnels pour présenter les nouvelles chansons, et pour sortir un peu du réseau habituel.. C’est un lieu très central à Paris et il reste peu de lieux qui font de la chanson.»

Garance en chansons au Théâtre de l'Essaïon

Théâtre Essaïon de Paris
6, rue Pierre au Lard , 75004 PARIS

Du mercredi 17 janvier 2018 au mercredi 21 février 2018

payant
évènement terminé

Découvrez ses lieux préférés à Paris

1
Là où je chante en ce moment
La salle est voûtée, on voit les pierres laissées en l'état et on a en même temps le confort d'un vrai théâtre, avec ses traditionnels fauteuils rouges. Et l'équipe est géniale
Théâtre Essaïon de Paris
6, rue Pierre au Lard
PARIS 4E

Garance - JOUR DE POISSE

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Jouer dans Paris? Pas simple

Et elle sait de quoi elle parle Garance, elle qui n’a jamais hésité à pousser les portes des bars de la capitale pour proposer de chanter chez eux. Elle regrette la fermeture du Limonaire, un restaurant "tellement génial pour les artistes, tellement accueillant". "J’y allais jouer très régulièrement. Il y avait une ambiance particulière. C’était extra, on est orphelin de ce lieu! Depuis, des lieux ferment ou changent de propriétaires mais d’autres se créent aussi comme la Passerelle.2, C'est un disquaire tenu par Daniel Zanzara, qui propose des disques d'artistes indépendants, particulièrement en chanson francophone. Mes disques y sont et j'y ai fait des concerts. Il s'y passe plein de choses, des showcases d'artistes et concerts collectifs, on peut y chanter devant un public de passionnés, y tester de nouvelles choses où présenter un travail abouti. L'entrée est libre, il y a toujours du monde et les soirées y sont douces ou festives selon les jours. Dans Paris, des lieux chansons à peu près accessibles où tu ne loues pas la salle une blinde, il n’y en plus beaucoup, à part finalement L’Essaïon. Ah si il y a aussi Le bateau El Alamein qui tient le coup! En fait, là où je joue le plus, c’est en dehors de Paris: la Menuiserie à Pantin et le Forum Léo Ferré à Ivry."

2
Showcases et passionnés
C'est un disquaire qui propose des disques d'artistes indépendants, surtout en chanson francophone. On peut y jouer et y tester de nouvelles choses c'est libre et accueillant.
la passerelle.2
52 Rue POPINCOURT
Paris 11E

Ne rien lâcher!

Mais Garance garde le moral, elle est tenace: «De toutes façons, si tu attends, les gens ne viennent pas te chercher sauf si t’as déjà monté des choses, du coup tu es un peu obligée de tout faire, Mais j’ai bien bossé cette année, j’ai fait 100 dates!  En province et dans Paris. En fait il ne faut rien lâcher ! Du coup on est amené à tout faire pour se faire connaître, distribuer des flyers à la sortie des concerts des autres, courir les festivals, envoyer des démos, relancer, assurer une visibilité sur les réseaux à tel point que parfois je me dis mais quand est-ce que j’ai le temps de répéter dans tout ça?"

Garance Bauhain

Profiter de Paris entre deux répétitions...

"J'adore Paris. Je suis pas mal à vélo. Quand je vais au jardin des plantes par exemple,  je m'amuse d'abord à tourner autour et à prendre la rue Buffon. C'est très calme, alors qu'il y a le boulevard de l'Hôpital juste à côté. On a l'impression de pénétrer dans un monde secret, avec des maisons abandonnées. J'imagine toujours ce qu'il peut s'y passer, je regarde les fenêtres closes aux vitres sales et je me demande si des gens sont cachés ou si les fantômes ont pris possession de lieux. J'y passe un peu comme quand j'étais petite dans la campagne et que je pensais pouvoir découvrir des mondes parallèles sur mon vélo."

Passerelle bassin de l'Arsenal

"Il y a aussi un pont sur le Bassin de l'Arsenal, ou plutôt une passerelle. La passerelle relie les deux rives du Bassin, au niveau de la rue Jules César d'un côté et de la rue Mornay de l'autre. C'est minuscule, seuls les piétons ou les vélos peuvent l'emprunter. Si on se penche on voit le jardin de du Port de l'Arsenal et le Bassin. Quand j'ai découvert ce passage je me sentais privilégiée, mise dans le secret."

Garance et Gauvain Sers à l'Essaïon

En attendant la bonne rencontre

On en revient à ses concerts: comment elle se sent ? "J'ai le trac mais je suis aussi toute excitée: j’ai une cargaison de nouvelles chansons à faire entendre et j’ai trop hâte." Pour la première, qui était complète, elle a invité Gauvain Sers, qui est un ami. "Il a eu tellement de chance, Renaud est tombé sur ses chansons et il a assuré toutes ses premières parties, un truc de fou. Comme quoi, il suffit parfois d’une bonne rencontre...»

Pour cela, on a confiance. Avec sa spontanéité, son aplomb et surtout son talent, la rencontre devrait arriver! C’est tout le bien qu’on lui souhaite et en attendant, on vous invite à aller écouter ses chansons, véritables tranches de vie où l’on sourit beaucoup, tant elles sont bien senties, bien écrites et bien arrangées. «Bon là je serai seule sur scène, avec ma guitare mais j’ai envie de travailler sur les arrangements! Et on pourra peut être sortir un disque bientôt..."

Et Garance nous quitte, tout sourire, avec un sonore «Faut que j’aille répéter un peu!» On vous le dit, suivez cette jeune femme!

Merci à David Desreumaux et Thomas Guerigen pour les photos.

3
Prendre le temps et un thé
Au milieu des murs de bouquins dans des canapés chinés, c'est comme un refuge, on a l'impression d'être dans un autre espace-temps, et d'avoir le droit de le prendre, le temps justement. 
Chez Paul et Rimbaud
40 rue Sedaine
Paris 11E


4
Croiser des sorcières (sympas)
Au milieu des vieux livres, comme si on était projeté dans un conte avec des sorcières et des objets qui prennent vie. Et pour le piano à l'étage... 
Librairie Shakespeare et Company
37 rue de la Bûcherie
Paris 5E


Actualité

La passerelle.2 : disquaire café et lieu de lien(s)

Publié le lundi 23 janvier 2017

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !