Actualités
Le Supersonic, quand le rock indé prend la Bastille
Paris regorge de bars, clubs et salles de concerts où écouter de la pop et du rock à prix modique. Au cœur de cette offre riche, le Supersonic occupe une place à part. Ouvert il y a seulement deux ans, l’établissement est vite devenu incontournable avec sa prog foisonnante et pointue, son cadre unique en son genre et ses concerts parfaitement gratuits...
Façade Supersonic

Côté scène...

Pour manier l’art de la litote, la quartier de la Bastille est plutôt réputé pour sa vie nocturne riche et parfois agitée. Mais oublions deux secondes la Roquette ou la rue de Lappe, et aventurons-nous de l’autre côté de la place dans la rue Biscornet, une petite artère désormais bien connue des noctambules et des amateurs de musiques indés. Un nouveau club slash salle de concert, le Supersonic, y a pris ses quartiers depuis deux ans dans une ancienne usine électrique, à la place de l'ancien OPA. Lové dans ce superbe cadre indus remis au goût du jour, le lieu a de l'allure: salle de concert et bar au rez-de-chaussée, mezzanine pour se poser avec fumoir et foodtruck, et au second étage un petit open space bureau et surtout un vaste espace assez bluffant, avec canapés en cuir usé, borne d’arcade, baby-foot et bar, qui fait office de loge de luxe pour les centaines de groupes qui passent chaque année au Supersonic.

La salle est en effet ouverte chaque soir de la semaine, et propose des plateaux de deux ou trois groupes toujours composés avec soin. L’éventail des styles est large, mais toujours situé entre les frontières de ce qu’on nomme communément le rock indé au sens (très) large. Garage, pop synthétique, expérimental, électroclash, shoegaze, psyché, post rock, post punk, post métal (les «post/mention de votre choix» sont une spécialité du Supersonic)… Si ces appellations peuvent vous sembler barbares, n’ayez pas peur: peu importe le style ou la renommée du groupe, seuls comptent ici singularité, énergie, sincérité et bien sûr qualité. La gratuité des concerts draine ainsi des publics versatiles, fait de curieux, de fêtards, de fans, et basiquement d'amateurs de bonne musique férus de découvertes. Car au Supersonic, faites attention, on n’est jamais à l’abri de découvrir une pépite au secret jusque-là bien gardé.

Et en coulisses

Car la science de la programmation ne s’improvise pas. Les limiers du Supersonic emmenés par Aurélien Jobard sont en perpétuelle quête de talents issus de l’underground, qu’ils aient déjà percé ou qu’ils soient encore cantonnés à jouer dans leur garage. La donne a toutefois changé depuis l’ouverture du club: sa renommée dépasse maintenant les frontières (bien au-delà de la capitale), et la part de prospection est devenue minoritaire. Pour Cécilia Sparano, en charge de la communication (après quelques années passées à l’Espace B, autre salle parisienne culte), près de 70% des artistes proposent leurs services directement ou via leurs tourneurs. Une évolution montrant la crédibilité acquise par le Supersonic, un vrai label de qualité pour les groupes, qui y trouvent un public réceptif et une ambiance chaude, mais aussi une scène qui saura les mettre en valeur et leur assurer des retombées.

Mais si tous les concerts sont gratuits, comment fonctionne l’économie de ce «lieu de musique en direct», comme se qualifie le Supersonic? Entre l’administration, la com, la prog, le bar, la technique, l’établissement fait vivre une vingtaine de personnes. Le nerf de la guerre, ce sont évidemment les consommations au bar (modération à votre convenance), une part essentielle du budget de fonctionnement. Quelques rares concerts sont payants, lorsque des groupes plus connus sont invités, ainsi que les fréquentes nuits à thème: new wave, Madchester, décennies 60’s à 90’s, avec parfois des DJ set d’invités prestigieux (Slowdive aux platines en mai!), ces soirées à prix tout doux rencontrent un gros succès. Enfin, l’espace du deuxième étage aménagé façon loft new-yorkais est privatisable pour toutes sortes de réjouissances, des réunions d’entreprise aux anniversaires.

Supersonic Paris

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Si les équilibres financiers des salles de concerts restent bien sûr vulnérables, le Supersonic semble porté par une vraie dynamique, et appelé à s’ancrer durablement dans le paysage des salles parisiennes. L'offre est variée, la formule désormais bien établie, et surtout la ligne artistique est cohérente de bout en bout. Il n'y a pas de secret, c'est toute une équipe de passionné.e.s qui est aux manettes. Si ce n'est pas encore le paradis, pour les amateur.trice.s de rock authentique et de soirées de qualité supérieure, ça y ressemble terriblement...

Infos pratiques

Le Supersonic

9 rue Biscornet, 75012 Paris

Métro : Bastille (ligne 1, 5, 8) sortie rue de Lyon

Ouvert 7j/7 à partir de 18h30 et vendredi-samedi jusqu’à 6h

Happy Hour (3€50 la pinte) du lundi au samedi de 18h30 à 20h

Retrouvez ici tous les concerts à venir au Supersonic

Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !