Le Paris des Parisien·ne·s
Ophélie Damblé, l'agriculture urbaine en mode rock & roll
Il y a un peu plus d'un an, Ophélie Damblé crée "Ta Mère Nature", une chaîne youtube où elle raconte avec un ton bien à elle l'aventure de sa reconversion dans l'agriculture urbaine. Elle s'y adresse aux "cancres qui pensent ne pas avoir la main verte" avec des vidéos à la pédagogie cool, qui recommandent l'échec pour avancer.
Ophélie Damblé

Permaculture, hydroponie, lombricompost.. Autant de pratiques parfois moquées pour la caricature qu'aiment en faire ceux et celles qui les méconnaissent. On ne saurait trop leur conseiller de couper la clim' cinq minutes pour visionner quelques vidéos d'Ophélie Damblé, qui avec Ta Mère Nature dépoussière l'image de l'agriculture biologique, la vraie, à la campagne comme à la ville. Le ton y est frais, spontané, et volontairement candide: elle y joue avec autodérision du cliché de la "parisienne-trentenaire-bossant-dans-la pub-qui-décide-de-tout-plaquer-pour-aller-planter-des-courgettes-en-province". Drôles, ludiques, instructives, pleines de découvertes et de rencontres, ses vidéos ont tout pour convertir de nouveaux adeptes comme fidéliser les déjà conquis.

À l'origine

La création de la chaîne ne s'est pas faite hors-sol. Elle est venue se greffer sur une évolution personnelle, d'abord venue par son rapport à la nourriture. Végétarienne, nourrie de saines lectures telles l’important « Faut-il manger des animaux » de Jonathan Safran Foer, elle tend surtout vers la simplicité et ressent un besoin de rupture avec la vie parisienne. Arrivée "au bout d'un système" après plusieurs années passées dans la milieu de la publicité, sa vie pro lui paraît peu à peu en inadéquation avec les valeurs qui l’animent, et elle supporte difficilement de «ne rien faire» dans une société exploitant la nature à un rythme toujours plus effréné. Proche en cela des préceptes de Pierre Rabhi, elle veut faire sa part, même s'il elle doit être dérisoire.

Ophélie Damblé

Elle "profitera" d’un coup dur dans sa vie perso pour avoir le déclic. Elle prend alors le risque de quitter son job, et s’engage dans une formation sur l’agriculture biologique, qui la familiarise avec les différentes branches et métiers de la filière. C'est là que nait l'idée de créer une chaîne Youtube: elle y racontera façon vlogging cette nouvelle page (blanche) qui s'ouvre, cette fameuse reconversion qui tente de plus en plus de citadins exténués par la ville.

Ce qui importe, c’est de faire, ceux qui critiquent, c’est ceux qui ne font pas

Ophélie Damblé

Elle s’y présente dès le départ en toute modestie, met en scène son inexpérience et ses incertitudes. C'est presque une philosophie de vie qui est déjà présente. Elle s’y montre comme le cobaye d'une expérience qui doute, ne cache pas ses erreurs et ses imperfections, cela pour faciliter l’identification de ceux qui la suivent, et faire passer ce qui ressemble à son mantra: il faut se planter pour avancer, comprendre, refaire mieux, trouver sa voie. De nombreux plantages jalonnent ses vidéos comme un running gag, toujours utiles pour rebondir.

PLANTEZ-VOUS

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Fond et Forme

Ce qui séduit dans ses vidéos, c'est cet équilibre entre un vrai-faux egotrip avec une caméra toujours braquée sur elle, et la totale humilité du propos. Elle s'y exprime avec un ton spontané, sans filtre, et une aisance face caméra sans doute héritée de jeunes années passées à étudier le théâtre. Le jeu et la scène, Ophélie connait,  puisqu'elle a aussi joué dans des groupes riot grrrls... L'idée de parler de soi pour mieux parler des autres, rappelle quant à elle le magazine Retard qu'elle a cofondé, un site de filles rock & roll anti-girly, qui écrivent sur tous les sujets façon journal intime à la première personne, en toute subjectivité et avec un humour mordant. Et de ses années dans la pub', Ophélie tire une leçon: les assoc' et entreprises engagées dans la mouvance de l'agriculture alternative pourraient s’inspirer de ses outils marketing pour changer la façon d'en parler, et toucher une audience bien plus large.

Je ne cherche pas à faire la morale aux gens, mais à les inciter à creuser le sujet

Ophélie Damblé

Dès ses débuts, alors qu'elle tâtonne encore niveau technique, Ophélie produit des pastilles pleines de vie où elle joue avec les codes très établis des "vidéos de youtubeur", les parodiant tout en leur rendant hommage. Son but est de réussir à accrocher les gens pour qu’ils creusent eux-mêmes les sujets abordés, à leur parler de matière simple et ludique, sans moralisation ni injonctions culpabilisantes. Elle y raconte les premiers temps le quotidien de sa formation, qui sera suivie de plusieurs mois de woofing. L’expérience sera riche et intense, tant au niveau apprentissage qu'humain, les exploitations participantes formant de petites communautés de vie et de valeurs. 

Retour à Paris

A son retour à Paris, qu'elle ne peut se résoudre à quitter complètement, Ophélie collabore avec des associations et des boites d'agriculture urbaine. Elle a le sentiment de redécouvrir la capitale, sa ligne d’horizon depuis ses toits et terrasses, notamment celles des grands magasins parisiens au pied desquels les cageots de patates se heurtent parfois aux sacs Vuitton. Et elle continue de faire des vidéos sur une aventure qui se poursuit: elle part à la rencontre des acteurs parisiens de l’agriculture urbaine, explique de façon accessibles ses divers aspects, et montre comment elle tente d’apporter sa pierre au quotidien depuis son salon. Elle se déplace encore parfois dans des exploitations en province, pour mettre en valeur des producteurs et des expériences locales.

JE ME LANCE DANS LE LOMBRICOMPOST (alors que j'ai peur des vers)

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

L’audience de la chaîne reste pour l’instant modeste, mais l’engagement de celles et ceux qui la suivent est important. Une petite communauté de fidèles très assidus s'est même formée autour d'elle, et comme toute youtubeuse de talent qui se respecte, elle est contactée par de nombreux "fans", osons le mot, qu'elle rencontre parfois sur des événements. Avec un peu d’optimisme, on pourrait même dire que niveau agriculture urbaine, Ophélie Damblé est devenue la première influenceuse de France... La chaîne ne la fait pas encore vivre, mais le projet n’est pas irréaliste, et pour la développer Ophélie regorge d'idées: faire des opérations avec des partenaires partageant l’esprit de sa démarche, organiser des ateliers (à la rentrée, l’un d’eux s'intitulera «Comment ne pas faire crever ses plantes», tout un programme), ou organiser dans les semaines à venir un festival sur les "plantes vivaces" dans divers lieux parisiens.

Ophélie le reconnaît volontiers, l’agriculture urbaine n’est pas un mode de production suffisant pour nourrir la planète. Mais elle est indispensable, moins pour le volume de ses récoltes que pour son rôle d'outil pédagogique, ainsi que celui de poumons des cultures, qui absorbent le CO2 et certains polluants de l’air de notre belle capitale. L'agriculture urbaine reste une économie fragile, portée par de nombreux bénévoles précaires, très engagés malgré leur vulnérabilité financière. Une démarche originale comme celle d'Ophélie Damblé, en phase avec son époque et à même de toucher le plus grand nombre, est un exemple à suivre. Concluons en deux mots. ABONNEZ-VOUS!

Les lieux parisiens favoris d'Ophélie:

1
Friche
Je suis très branchée friches: j'aime les lieux à l'origine hostiles, où l'on recrée de la vie. Avec la prairie du Canal à Bobigny, le nord-est parisien bouge beaucoup à ce niveau
La Cité Fertile
14 Avenue Edouard Vaillant
Pantin
2
Bar
Un lieu très sympa dans un bon quartier, avec des bières artisanales pas chères
Le Super Coin
3 Rue Baudelique
Paris 18E
3
Manger #1
ils font du fromage et des yaourts de vache, de chèvre et de brebis, et vendent ceux d'un réseau de producteurs locaux
La Laiterie de Paris
74 rue des poissonniers
Paris 18E
4
Manger #2
Un resto très agréable, une petit cantine bio avec des menus végés pas chers
5
Pique-Niquer
dans la cour intérieure, c'est très calme, il n'y a personne, idéal pour piquer-niquer entre potes
Hôpital Saint-Louis
1 avenue Claude Vellefaux
PARIS 10E
6
Concerts
La sainte trinité avec l'Olympic Café, le Supersonic, le Point Ephémère, et aussi la Station qui rappelle les squats berlinois
salles de concerts parisiennes
9 Rue Biscornet (notamment)
Paris 12E
Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !