Sélections
Léa Drucker, la marraine de Mon Premier Festival
Léa Drucker

Léa Drucker

Edito de la marraine :

« Formée à l’école de théâtre de la rue Blanche, Léa Drucker est une actrice dont le terrain d’action a longtemps été celui du théâtre, avec néanmoins un goût prononcé pour le cinéma. Elle compte aujourd’hui à son actif plus d’une soixantaine de films, avec des réalisateurs tels que Thomas Gilou, Mathieu Kassovitz, Marina de Van ou Zabou Breitman, qui la dirige actuellement sur les planches dans La Dame de chez Maxim, de Feydeau. Curieuse de tout ce qui peut éveiller sa créativité, Léa Drucker a connu très tôt, dès l’âge de 5 ans, ses premières émotions de spectatrice grâce à son père médecin, passionné de cinéma, qui l’emmenait voir de nombreux films, les Chaplin, Le Baron de Münchhausen, Fantasia ou Le Magicien d’Oz…

“Le cinéma a vraiment fait partie de mon éducation. Mon papa, en m’emmenant au cinéma, me donnait des films à voir au même titre qu’on donne des livres à lire aux enfants. Je retrouvais dans les films la fantaisie et l’onirisme d’un imaginaire dans lequel je me reconnaissais totalement. Je savourais chacune des séances parce qu’elles étaient uniques. Je savais qu’il me faudrait peut-être attendre des années avant de pouvoir revoir ces films. Ce que je voyais me semblait (et me semble toujours) être l’œuvre de magiciens qui ont participé à mon désir d’entrer dans ce monde-là.” Aujourd’hui, Léa Drucker reste toujours aussi émerveillée par la fabrique des films et leur beauté, et savoure de pouvoir y participer avec un éternel étonnement. Sans être enfermée dans un genre, elle peut incarner des rôles tout aussi dramatiques que comiques, en avançant sans stratégie ni snobisme, par le travail et l’engagement.

Mère d’une petite fille de 5 ans, elle l’emmène dans les salles pour partager avec elle une grande diversité de propositions. “La meilleure façon de transmettre le cinéma est de sortir de la maison et de se retrouver dans le noir avec d’autres gens. C’est un rapport plus sacré, plus ritualisé qui éveille mieux qu’une projection sur petit écran. Ce qui est beau, c’est quand je vois ma fille ressentir des émotions et réagir à des thématiques aussi intimes que l’amour, la peur, l’angoisse…” Léa Drucker, marraine de cette quinzième édition de Mon Premier Festival, a le désir de faire partager son amour personnel pour le cinéma.

SES 3 FILMS COUPS DE CŒUR

“J’aimerais qu’un lien se tisse entre les jeunes spectateurs, dont certains vont vivre leur première expérience de cinéma, et moi, que leurs émotions rejoignent mes propres émotions. Je n’ai rien à apprendre aux enfants, au contraire, le cinéma est un art qui va leur permettre de se construire de manière intime. Je suis là pour leur proposer de manière festive et partagée des expériences de cinéma, avec en tête l’enfant spectateur que j’étais !”

Parmi les 100 films du festival, Léa Drucker a choisi 3 films coups de cœur : La Belle et la Bête, Cendrillon et La Petite Taupe.

Texte à rajouter

SES TROIS COUPS DE CŒUR

Texte à rajouter