Actualités
Léonie Pernet, figure libre
Le 17 octobre débute le MaMA, un festival où vous pourrez vous balader dans tout Pigalle pour découvrir quelques unes des pépites musicales de demain. On a profité de l'occasion pour rencontrer Léonie Pernet, architecte d'un univers mélancolique qui n'appartient qu'à elle, déjà plus une pépite, mais bien une pierre précieuse.
Léonie Pernet

Crave, le premier album de Léonie Pernet, est sorti en septembre dernier. "Il était temps, car je n'étais déjà plus toute jeune pour sortir mon premier album", nous dit-elle en substance. Léonie n'a pourtant que 29 ans, pressée par cette urgence sans doute propre aux artistes de sa génération. Mais attention aux raccourcis hâtifs: sa musique fend à contre-courant la mini vague de pop française qui clapote actuellement sur les ondes, les magazines de mode ou les spots de pub. Chez elle, pas de gimmicks niais et d'artifices de production pour masquer la banalité, pas d'odeur du neuf sorti d'usine, de clips clinquants ou de couleurs acidulées pour séduire à peu de frais. La musique de Léonie Pernet n'est pas polie, policée ou lisse, ici c'est au contraire l'angle, et le tranchant qui sont au cœur de la démarche. Elle ne prend pas l'auditeur par la main, mais le laisse venir à elle, et explorer son monde pour une expérience bien plus indélébile. Crave est un disque important dans la production française, d'une exigence et d'une intégrité toujours chevillées au corps, mais parfaitement accessible, à même de séduire un public divers, en dépit de ses formats plus risqués et aventureux que la moyenne.

Léonie Pernet - Butterfly (Official Video)

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Beaucoup d'émotion, de la fierté et une énorme satisfaction, c'est ce que Léonie dit avoir ressenti après avoir posé ce jalon essentiel dans sa carrière, concrétisation du rêve de tout jeune artiste, à l'image d'un premier livre ou d'un premier film. L'aboutissement d’années vouées à la musique, d'abord au conservatoire où elle a appris les percussions, aux platines dans les soirées Corps Vs Machine, avec Yuksek sur scène, puis sur son premier EP en 2014. Une maturation progressive, qui l'a amenée à écrire cet album, et ne doit rien au hasard: Léonie Pernet est une surdouée, et montre sur ce disque une maîtrise assez bluffante, de bout en bout, comme si elle avait déjà un chapelet d'albums derrière elle. Elle l’a conçu et édifié seule, exactement comme elle l’a voulu, sans contrainte, et surtout pas celle du marketing. Léonie joue désormais de tous les instruments, écoute tous styles musicaux, et cela se ressent sur le disque: impossible de labelliser sa musique.

Ce côté protéiforme ne rend donc pas forcément l'album "facile à vendre". Les mutations de l’économie du disque rendent difficile l’accès à un large marché de ses titres, pas taillés pour les radios, sans clip tapageur ou faussement subversif, ni partenariat avec des marques de vêtements. Les ventes en lignes ne font plus recette, il faut maintenant figurer sur les playlists des plateformes de streaming, accrocher le wagon d’une rotation radio, et compter sur le bouche à oreille et la rumeur, à l’ancienne, la presse culturelle ne faisant qu’assez peu vendre, selon Léonie, et ce malgré l'excellent accueil critique qu'elle a reçu.

Léonie Pernet

Sur Crave, on peut entendre du rock, de l'électro, des orchestrations classiques ou même de l'expérimental, qui s'y succèdent ou s'entremêlent, embarquant dans une symphonie en douze mouvements pleine de contrastes, riche et généreuse. L'ensemble reste pourtant tenu et cohérent de bout en bout: si la lumière point parfois, c'est le plus souvent une atmosphère sombre, voire ténébreuse, qui enveloppe l'auditeur. Le ciel se voile, tempête, laisse entrevoir une brève accalmie, puis abat soudain ses foudres... Des nappes synthétiques viennent s'étendre sur un riff de guitare, des chœurs liturgiques s'élèvent sur des beats électro… Léonie ne craint pas le mélange des genres, et c’est ce qui rend sa musique si singulière. Les passages apaisés donnent du relief aux pics d'intensité, la tension dramatique s’infléchit à peine pour mieux faire de place aux envolées épiques, sans jamais tomber dans un lyrisme factice.

Léonie Pernet - African Melancholia (Official Video)

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Si on déplore souvent le manque d'engagement des artistes actuels, disons juste que Léonie Pernet est hors de tout reproche. Que ce soit dans sa musique ou ses activités connexes, elle se nourrit d'écrits et de réflexions sur la cause palestinienne, la discrimination institutionnelle, ou encore la (dé)colonisation, un intérêt notamment impulsé par son rapport à ses origines nigériennes. Son titre "African Melancholia" est ainsi porté par un clip puissant et militant, réalisé par Adrien Landre, qui met en scène Mohammed Mostafa, un jeune acteur soudanais réfugié en France, et qui vit sous la menace d’une expulsion imminente. Elle a par ailleurs produit des mix où elle mêle des morceaux à des extraits de discours, un format original et efficace, où tout commentaire est superflu. Son engagement politique s'y exprime ainsi par exemple avec "le mix d'entre deux tours", ou encore pour la cause LGBT avec le "mix pour tous" réalisé au moment du vote sur le mariage pour tous.

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

A peine le temps de souffler après la sortie de Crave, et Léonie est déjà lancée dans une tournée française, qu'elle effectue en première partie de Jeanne Added. Elle travaille d'arrache-pied pour peaufiner son show, avant un concert en tête d’affiche à la Gaîté Lyrique en janvier, qui fera figure de consécration. Fidèle à sa volonté de proposer des choses "différentes", le concert sera précédé d'un genre d'avant-programme innovant, plutôt que d'un groupe qu'elle ne veut pas voir jouer le simple faire-valoir. Son passage par le MaMA est donc moins une opportunité de se faire "découvrir", que de jouer à Paris, à domicile, et de prendre un plaisir finalement simple et basique pour une musicienne. Une performance à ne pas manquer dans la pléthorique programmation du MaMA, le 17 octobre à 22:50, au "Backstage by the Mill". On compte sur vous!

MaMa festival 2018

10 salles de concert à Pigalle
Quartier Pigalle, 75009 Paris

Du mercredi 17 octobre 2018 au vendredi 19 octobre 2018

payant
évènement terminé
Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !