Le Paris des Parisien·ne·s
Klotilde, faire rire est une affaire sérieuse!
Pendant que quelques stars du one-(wo)man-show sont sous les projecteurs des théâtres prestigieux, une armée de comédien.nes est à la mine, à écumer petites salles et scènes ouvertes pour se faire un nom. Nous avons rencontré Klotilde, l'une de ces promesses, qui joue en ce moment son spectacle "Elevée en plein air" à l'excellente Comédie des Trois Bornes.
Klotilde

Au théâtre ce soir

Lundi, 21h30, chez la plupart d'entre nous ça va à peu près comme un lundi, et c'est donc le moment parfait pour se laisser couler dans le canapé et regarder ce qu'il y a sur Netflix. Ce soir, une poignée de spectateurs a pourtant choisi de braver la morosité du début de semaine, et pris place sur les bancs de la Comédie des Trois Bornes, jauge de quarante places à tout casser. Malgré les rangs clairsemés, Clotilde Cavaroc, alias Klotilde, arpente la scène avec une énergie de tous les instants, et se donne sans retenue. La bouteille d'eau est sans doute là pour la mise en scène, mais elle n'est clairement pas superflue. La distance physique avec le public est inexistante, et le rapport frontal. Ici, pas le droit à la baisse de régime, tout se voit, tout se sent. C'est le propre des innombrables salles de café-théâtre à Paris. Artiste et spectateurs fusionnent, et qu'il soit invité à participer ou non, le public fait quasiment partie du spectacle. Galvanisant ou paralysant, un cadre si intimiste est finalement un test révélateur et sans appel pour tous les jeunes comédiens qui tentent de percer sur "la scène humoristique parisienne". 

Klotilde élevée en plein air - teaser

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Klotilde ne fait pas semblant d'être indifférente au nombre de réservations, mais une fois que les lumières s'allument, peu importe la taille du public: elle lui donne chaque soir le meilleur d'elle-même, question de principe. Elle prend parfois le spectateur à parti, mais rassurez-vous, vous n’aurez pas à monter sur scène pour jouer les faire-valoir. Elle ne rira pas à vos dépens, mais fera de vous un rouage actif du spectacle. L'impro est ainsi une composante importante à part entière, qui doit toutefois être gérée avec précaution: certains aiment apporter leur grain de sel, charge à l'artiste de ne pas se laisser marcher sur les pieds, au risque de perdre les rênes du show.

Stand-up, ton univers impitoyable 

Rien qu'à la modeste Comédie des Trois Bornes, autoproclamée "plus grande des petites salles parisiennes", ce sont pas moins de vingt "seul.e en scène" qui se succèdent chaque semaine. Pour le spectateur, l'immense variété des styles comme les prix modiques sont parfaits pour faire des découvertes, et pourquoi pas tomber sur la perle rare de demain. Pour l'artiste, difficile de faire sa place. Si la concurrence est saine (le théâtre organise chaque début de saison un goûter avec tou.tes les comédien.nes), il faut lutter pour exister. Le fait de devoir jouer le lundi à 21h30 peut sembler être un cadeau un peu empoisonné, mais Klotilde relativise: le samedi soir n’est pas forcément le meilleur horaire, car tout le monde joue à Paris, et la concurrence y est la plus forte. 

Klotilde

Pour faire leur trou, outre un spectacle régulier dans un théâtre, il y a un passage obligé pour les humoristes en devenir: les plateaux et scènes ouvertes, où armé.e de ses meilleures vannes, on tente en cinq minutes d'accrocher le public. Certains multiplient ainsi ce genre de prestations, parfois plusieurs par soir, et peuvent même gagner leur vie de cette façon. Pour Klotilde, la concurrence est la plus rude entre les hommes, la discipline du stand-up étant assez segmentée, et encore régie par quelques clichés: eux doivent sortir du lot, montrer qui a la plus grosse vanne, pardon la meilleure, tandis que les filles doivent encore prouver, en 2018, qu’elles "peuvent être drôles", et parler de façon crue et libérée, sans essayer de choquer gratuitement. A chacune ensuite de trouver une identité propre pour se singulariser.

Faire le(s) job(s)

Dans son spectacle mis en scène par Antonin Lesson, Klotilde interprète un personnage bourré de névroses assez déroutantes, un pied au bord de la crise de nerfs. Un genre de looseuse attachante, pleine d’autodérision sur ses galères lamentables et ses étranges lubies. La pire perversion de son personnage: une obsession inquiétante pour les châteaux, et bien pire, ceux de la Loire, doublée d'une fascination quasi érotique pour leur barde officiel, Stéphane Bern. La frontière entre Klotilde et Clotilde est parfois poreuse. Si elle avoue un goût des balades et randonnées au grand air, si possible à visée culturelle, elle ne souffre heureusement pas de cette lourde pathologie. Toutefois, elle avoue qu'il peut parfois lui arriver d'être pire que son personnage, et elle ne semble d'ailleurs pas aller chercher très loin le côté cru, cash, et un peu trash de celle qu’elle interprète (à peine) sur scène. Son souci permanent? Être soi sur scène, ne surtout pas jouer quelque chose qui fasse se sentir extérieure à soi-même. Se lâcher vraiment, et être "alignée", comme elle le dit plusieurs fois.

Klotilde - bon plan lala Tinder

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Pour exister en dehors du spectacle, Klotilde a créé une chaîne Youtube, où elle poste régulièrement les épisodes d'une mini-série de sketches. Elle y imagine des dates Tinder (avec sans doute pas mal de vécu) le plus souvent foireux et surréalistes. Et pour payer ses factures, elle exerce un "vrai métier" autre que celui de saltimbanque (on plaisante), mais pas forcément où on l’aurait attendue. Clotilde a fait des études de commerce, puis bossé dans les RH, la com, le marketing, où elle a même vendu de la lessive, littéralement. Elle a surtout fondé "L’ouvre-voix" en mars 2017, une formation à l’aisance oratoire, pour se perfectionner dans la prise de parole en public. Grâce à la demande grandissante pour ce genre de prestations, elle intervient régulièrement dans tous types d’établissements, des entreprises aux lycées. Cette activité prend évidemment une grosse partie de son temps, et il lui a fallu au début mettre les bouchées doubles pour que le spectacle s’écrive peu à peu, une construction qui s’affine progressivement, à mesure que le matériau de comédie s’enrichit. Une écriture d'autant plus compliquée que démarcher est aussi un job à plein temps, et pour ça Clotilde fait preuve d’une rigueur quasi militaire, notamment à coups de tableaux Excel...

De la détermination et beaucoup de discipline: faire rire, c'est une affaire très sérieuse. Avec Klotilde sur scène, ça donne une heure qui passe à toute vitesse, en compagnie d'une fille cool et sans filtre. On a aimé, alors à vous!

Klotilde, élevée en plein air

Comédie des Trois Bornes
32 rue des Trois Bornes, 75011 PARIS

Du lundi 22 octobre 2018 au lundi 28 janvier 2019

payant
évènement terminé
Newsletter
Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !