©Julie Balagué
Expositions
Exposition "Utopie / Maladrerie" de Julie Balagué
La Maladrerie
Dès le mois de mai prochain, se tient l’exposition "Utopie/Maladrerie", de Julie Balagué en partenariat avec le Centre d’Arts Plastiques d’Aubervilliers (CAPA). L’exposition rassemble photographies, textes, installations sonores et sculptures.

Conçu avec les habitants du quartier, le projet met en scène des personnes, devenues personnages, dans une architecture devenue décor. Ce travail questionne ainsi les orientations économiques, politiques et psychosociologiques du projet architectural initial du quartier de la « Maladrerie », conçu dans les années 1970 par l’architecte Renée Gailhoustet. L’exposition a lieu dans la galerie du CAPA, un des 1000 logements du quartier mis à disposition par l’OPH d’Aubervilliers, et s’intègre dans un projet innovant initié par Juliette Fontaine (directrice du CAPA) de mise en contact de la création artistique contemporaine avec la population de ce quartier sensible. 

Ce travail a reçu le soutien de la commande photographique nationale Les Regards du Grand Paris du ministère de la Culture et de la Communication (Ateliers Médicis et Centre National des Arts Plastiques).

Le projet Utopie / Maladrerie s’intéresse au territoire urbain comme représentation des orientations économiques, politiques et psychosociologiques du projet architectural. Ce travail considère la notion d’utopie architecturale et la façon dont les habitants ont pu s’en emparer. Conçues avec les habitants du quartier, ces images mettent en scène des personnes, devenues personnages. L’architecture devient décor, et l’habitat, scène. Ces images dessinent la frontière entre le quotidien d’un territoire, et l’utopie dont il tire son origine. 

Cet ensemble est à l’image des quartiers populaires de l’Île-de-France. De nombreuses nationalités y sont représentées, la population y est très jeune, les problèmes économiques et sociaux y sont nombreux. Au carrefour du Grand Paris et des futurs équipements des Jeux Olympiques de 2024, ce projet dresse aussi un portrait des quartiers fragile de la banlieue parisienne : cosmopolite, dynamique, mais aussi trop souvent laissé de côté dans les politiques de la ville qui se sont succédées, encore et encore.


 SIGNALÉTIQUE

Un accrochage extérieur guidant les visiteurs du métro au lieu d’exposition (un appartement de la Maladrerie) prendra place sur les façades de la Maladrerie.

 LE LIEU

Implanté depuis longtemps dans le quartier de la Maladrerie, le Capa (Centre d’Arts Plastiques d’Aubervilliers) a engagé depuis plus de quatre ans une complète transformation vers un projet de centre d’art sous l’impulsion de sa nouvelle direction, tout en déployant et approfondissant des activités à l’attention des amateurs et des partenariats avec les structures locales. Sa recherche d’espaces pour ses expositions l’a conduit à proposer un partenariat à l’OPH d’Aubervilliers qui lui met à disposition des logements sociaux entre deux locations, ainsi transformés en espaces d’exposition temporaires.

Créer des expositions exigeantes et itinérantes dans une cité au contexte social aussi difficile répond à la volonté d’expérimenter de nouvelles formes, aussi bien pour les artistes que pour une population locale qui en est totalement privée. Tout en veillant à la haute exigence de son projet artistique, le CAPA implique profondément les habitants d’une manière dans le déroulement des évènements, tout en proposant un réel travail de médiation et d’inscription auprès du public. Des logiques hétérogènes cohabitent et dialoguent : les expositions se confrontent aux territoires du quotidien. Leur caractère éphémère s’adresse à tous les protagonistes des lieux, qu’ils soient habitants, artistes ou visiteurs. Elles ouvrent un espace de dialogue et de modification des rapports susceptible d’activer de nouvelles transformations des rôles et des regards.

CONTENU DE L’EXPOSITION

- Images : 20 portraits, 16 vues d’architecture et 11 vues de matière.

- Sculptures : 6 sculptures en béton questionneront la représentation de l’espace privé de la Maladrerie.

- Bande son : Des acteurs amateurs de la compagnie de théâtre Étincelles, située à proximité de la Maladrerie, réinterpréteront la parole des habitants au travers de créations sonores.

- Textes : Une création originale de Fanny Taillandier, romancière et urbaniste (Les confessions du monstre, Flammarion ; Par les écrans du monde, Le Seuil) introduira l’exposition.

- Ateliers : Chaque visiteur sera invité à partager ses impressions sur ce territoire au travers de cartes postales ou d’enregistrements sonores.

DATES

4 mai : ouverture de l’exposition 

16 juin : clôture de l’exposition.

Informations
pratiques

La Maladrerie
3 allée Gustave Courbet
93300 Aubervilliers

Dates

Du 4 mai au 16 juin 2019 :
mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche de 15h à 19h

Prix

0 €

Sur réservation

  • 0148344166

S'y rendre

  • 7 : Aubervilliers - Pantin Quatre Chemins (1155m) 7 : La Courneuve - 8 Mai 1945 (1286m)

Plus d'infos

Par ici la compagnie !