Cet évènement fait partie du programme La Quinzaine des Fiertés

Kiki -Sara Jordenö
Spectacles
Rétrospective -Libérations sexuelles, révolutions visuelles
La Cinémathèque française - Musée du Cinéma
Comédies populaires, biopics, films rares et militants, histoires d’amour du monde entier : pour la première fois, à l’Hôtel de Ville, une exposition met en lumière (toutes) les couleurs du cinéma arc-en-ciel.

« Les drag queens sont de vraies révolutionnaires qui baisent les codes visuels du genre. » (David Wojnarowicz)

Avec quelques séances de plus, on aurait pu montrer tout l'œuvre de Germaine Dulac, Dorothy Arzner, Jean Epstein, Asta Nielsen, Rudolf Valentino, Leontine Sagan, Douglas Sirk, Luchino Visconti, Pier Paolo Pasolini, Andy Warhol, Derek Jarman, Ulrike Ottinger, Rosa von Praunheim, Guy Gilles, Su Friedrich, John Waters, Jacques Nolot, Bruce La Bruce, Patrice Chéreau, Wong Kar-wai, Gregg Araki, Todd Haynes, Cheryl Dunye, Alain Guiraudie, Tsai Ming-liang, Gus Van Sant, Apichatpong Weerasethakul, Marie Losier, Céline Sciamma, Yann Gonzalez, Auraeus Solito, Pratibha Parmar, Antony Hickling, James Franco, David Wojnarowicz, Amandine Gay, Émilie Jouvet, Jenni Olson, Saddie Benning, Jim Hubbard, Sandra Lahire, Jennie Livingston, Royston Tan, Jerry Tartaglia, John Cameron Mitchell, Pablo Oliverio, Ira Sachs... ; ainsi que quelques jalons ou chef d'œuvres indispensables, tels Le Ménage moderne de Madame Butterfly, Ossi Ovalda (Ernst Lubitsch), Anders als die Andern (Richard Oswald), Mikaël (C. T. Dreyer), Portrait of Jason (Shirley Clarke), Funeral Parade of Roses (Toshio Matsumoto), Marble Ass (Želimir Žilnik), Orlando (Sally Potter), Tiresia (Bertrand Bonello)...

Faute de toute possible exhaustivité, en deuil même d'une quelconque exemplarité, nous avons pris le parti des combattants et des parias, celui des films les plus engagés tant politiquement qu'esthétiquement. Les films pour lesquels il a fallu aller en prison (Jonas Mekas pour Un Chant d'amour), ceux qui ont subi ou bravé la censure (Race d'Ep, Ixe, Baise-moi...), ceux dont les signataires ont dû rester anonymes pendant des décennies (Pink Narcissus), ceux qui ont provoqué la ruine de leurs auteurs (Salomé), ceux qui émergent à peine de l'oubli (André Almurò, José Rodrìguez Soltero, Frank Simon...), ceux qui ignorent superbement les circuits usuels de la visibilité (à peu près tous), ceux qui reviennent de chez l'ennemi (Tearoom), ceux qui n'espéraient rien pour eux-mêmes et tout pour autrui, bref tous ceux qui en raison de leur courage, de leur beauté, de leur énergie, ont défié leur époque et ainsi contribué à délivrer la nôtre.

Ces films luttent sur tous les fronts : tournés dans les manifestations de rue (Le Lézard du péril mauve et Ortie 14, Les Panthères roses, Collectif 360° et même plus), rendant compte de la force de la transphobie (L'Ordre des mots, Vos papiers), construisant des intersections avec les luttes féministes (Born In Flame), antiracistes (Charles Lofton), anti-impérialistes (Jean Genet raconté par Michèle Collery), ou de classes (Le Droit du plus fort), célébrant la fraternité (Tongues Untied) et l'amour (RV mon ami, Théo et Hugo dans le même bateau), même au cœur d'un combat contre une épidémie de sida qui n'en finit pas. lls proposent une multitude de nouvelles esthétiques : élaborées à partir de représentations absentées ou refoulées (Kenneth Anger, Jack Smith, Farrah Diod) ou à l'assaut contre les prescriptions dominantes (Roger Jacoby, Gregg Bordowitz, William E. Jones). S'y entendent les récits de vies qui ne sont jamais racontées (Kiki), s'y révèlent les corps (Paradis perdu, Baby You're Frozen) et les sexualités (Équation à un inconnu, Holding) trop longtemps contraints à l'invisibilité, s'y épanouissent les unica (Chantal Akerman, Curt McDowell, Sothean Nhieim, Mathieu Morel), se déchaînent les archétypes (Jean Cocteau, Maria Klonaris & Katerina Thomadaki, Nagisa Ōshima, Angela Marzullo).

À l'inverse des œuvres présentées dans l'ouvrage de référence de Vito Russo The Celluloid Closet (1981), ces films ont mis le feu à tous les placards. Tel un phœnix visuel, chaque film renaît des cendres de ce vieux monde pour en proposer un nouveau : « Comme il n'y a pas de réalisatrice lesbienne dont je puisse étudier la vie et le travail, j'étudierai ma propre vie et, ce faisant, tenterai de combler le vide de l'histoire lesbienne pour les lesbiennes du XXIe siècle. » (Barbara Hammer, « Cinémas homosexuels », CinémAction n° 15, 1981). À partir de cette renaissance, s'écrit une nouvelle histoire et une autre histoire des images (L Is for the Way You Look) qui peine encore à se pérenniser au sein d'institutions patrimoniales (Rien n'oblige à répéter l'histoire). Les films établissent leurs propres et véritables histoires critiques (Race d'Ep, Jonathan Caouette), contestent une expérience homosexuelle hégémonique (Jean-Gabriel Périot), proposent des approches non occidentales du genre, du désir et de la sexualité (Naptwe, Tejal Shah, Akosua Adoma Owusu, Akram Zaatari), créent leurs propres formes d'énergie étayant la survie en contexte hostile (Le Projet Sextoy, The Shakedown).

« Oser vaincre le robot ou le flic que le capitalisme a voulu faire de chacun ou chacune de nous. Réapprendre à aimer, à jouir, à être ensemble, à créer notre vie, à faire la révolution par tous les moyens. » (Tout, organe du Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire, mai 1971)

Toutes les séances ici

Autour de l’événement :

CHAMPS D’AMOURS - 100 ans de cinéma arc-en-ciel

Hotel de ville Salle Saint Jean
5 rue de Lobau, 75004 Paris

Du mardi 25 juin 2019 au samedi 28 septembre 2019

gratuit
évènement terminé

Informations
pratiques

La Cinémathèque française - Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 PARIS

Dates

Du 19 juin au 11 juillet 2019 :
lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi de 15h à 22h

Prix

Payant

S'y rendre

  • 6, 14 : Bercy (249m) 14 : Cour Saint-Émilion (499m)

Plus d'infos

Par ici la compagnie !