Dist. RMN-Grand Palais / Émilie Cambier
Expositions
Les Canons de l'élégance
Musée de l'Armée
Entre fureur belliqueuse et aspiration militaire à la beauté, le lien n’est pas toujours évident. Pourtant, l’ardeur guerrière est souvent liée à l’accession au pouvoir, imposant le devoir de distinction et le goût du prestige.

Parce que la guerre a souvent été l’apanage de castes privilégiées et parce qu’ils tiennent par-dessus tout à se distinguer des civils et à afficher l’éclat de leurs triomphes, les soldats ont toujours eu le goût de la parure et sont attachés à la beauté, à la qualité, voire à la richesse des armes, pièces d’équipement ou accessoires qui marquent leur statut autant qu’ils servent leur métier.

« Plus on se croit beau, mieux on se bat. »*

Cette volonté d’ostentation et cette appétence pour le superflu, qui touchent jusqu’à aujourd’hui les officiers comme les hommes du rang, ont pu prendre des formes différentes selon les époques, la position de ces soldats ou la nature des régimes politiques qui les arment. Loin de n’être qu’un caprice que s’autorisent les militaires les plus aisés, le luxe participe de leur identité, désigne leur rang, le degré d’autorité que leur confère leur statut, leur proximité relative avec le pouvoir suprême. Des objets, insignes ou attributs précieux, sanctionnent aussi leur valeur et marquent la reconnaissance que leurs hauts faits leur ont attirée.

C’est à la découverte de ces objets d’exception qu’invite cette nouvelle exposition du musée de l’Armée. Croisant plusieurs approches, historique, anthropologique et esthétique, l’exposition met en relief la façon dont les fastes guerriers contribuent à l’éclat et à la légitimité du pouvoir politique, comment ils récompensent le mérite et répondent au désir d’assimilation ou de distinction au sein du groupe.

Près de 200 chefs-d’œuvre d’armurerie ou d’arquebuserie, mais également d’orfèvrerie, de broderie, d’ivoirerie ou de sellerie, issus pour la plupart des collections du musée de l’Armée, permettront aux visiteurs de s’émerveiller devant ces bijoux, accessoires de mode ou pièces de haute couture… tous réservés à l’usage exclusif des guerriers d’hier et d’aujourd’hui.

* Général François du Barail (1820-1902)

Informations
pratiques

Musée de l'Armée
129 rue de Grenelle
75007 PARIS

Dates

Du 10 octobre 2019 au 26 janvier 2020 :
lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche de 10h à 17h

Prix

Payant - 12 €

S'y rendre

  • 13 : Varenne (186m) 8 : La Tour-Maubourg (213m)

Plus d'infos

Par ici la compagnie !