Le Paris des Parisien·ne·s
Paul Saïsset et Grégoire Isvarine, “Paris est une fête”
Comment faire un film, quand on est jeunes et qu'on a zéro moyen? Une fine équipe de parisiens s'est lancée ce défi en 2014, en utilisant Paris comme décor. Vous avez surement vu l'excellent teaser de "Paris est une fête" sur les réseaux sociaux. Nous avons rencontré Paul et Grégoire, deux membres de l'équipe qui connaissent très bien Paris à présent.
Paul et Grégoire

"Nous sommes quasiment tous originaires de Lyon!", dans l'aventure "Paris est une Fête", point de Parisiens d'origine. Le lien entre tous·te·s? L'énigmatique réalisatrice Elisabeth Vogler.

Paul Saïsset et Grégoire Isvarine en vrai

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Grégoire Isvarine, comédien

"Elisabeth, je la connais depuis que j'ai 12 ans", raconte Grégoire, "elle m'a aidé à monter mon premier ordinateur. On était des maxi geeks. Elle s'était même bidouillé un relais wifi pirate avec une antenne venue de Pologne et un tube de chips." Aujourd'hui encore, le côté Mac Gyver d'Elisabeth fait des miracles. "Pour le film, elle voulait une image stabilisée mais avec une dispositif léger et mobile, elle a bricolé un truc qui fait une image de fou!"

Paris est une fête - Teaser

Le site Que Faire à Paris utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des vidéos et des pages du site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

L'aventure commence il y a 4 ans. C'est naturellement qu'Elisabeth parle de son projet au jeune comédien, puisqu'ils vivent ensemble, en collocation.
Après les cours de théâtre à Lyon, Grégoire Isvarine monte à Paris pour intégrer le conservatoire du 11e. Il a ensuite la chance d'être reçu au conservatoire national supérieur d'art dramatique de Montpellier. "Je me suis fait virer au bout de quelques mois, j'avais reçu une proposition pour un premier rôle au Théâtre et il était interdit de travailler la première année." Grégoire ne résiste pas à la tentation mais ne le regrettera pas puisqu'il revient donc à Paris.

1
Graisse de canard
J'y ai travaillé et j'ai vu les coulisses: Gastronomie du sud ouest, la viande vient en direct de petits producteurs et c'est servi à la louche en mode cantine avec l'accent et le sourire!

"Moi je ne me considère pas vraiment comme un artiste, je suis un interprète et comme un musicien, j'ai besoin de pratiquer souvent. Mon instrument, c'est mon corps et ma voix et ma passion, c'est de jouer. Je pourrais le faire gratuitement toute ma vie si j'étais assuré d'avoir seulement de quoi vivre." Quand son amie d'enfance, lui propose un rôle dans Paris est une fête, même bénévolement, c'est bingo. 

2
La Fête
J'aime cet endroit parce qu'on y fait des rencontres improbables. L'autre jour, je discutais avec ce qui s'est révélé être le frère d'un homme politique hyper connu et son petit ami.
Orphée Paris
7, rue Pierre-Fontaine
Paris 9E

S'écoulent alors 3 ans et demi de création, rythmés par l'actualité parisienne. "On a tourné une scène dans le Canal Saint-Martin quand il a été vidé. Je me suis retrouvé dans la bouillasse à 5h du matin habillé d'une veste de foot d'équipe du Portugal. Aujourd'hui, j'en rigole mais sur le moment..."

Paris est une fête

Paul Saïsset, couteau suisse

Preneur de son, aide à la mise en scène et co-auteur, Paul Saïsset ne se destinait pourtant pas au cinéma. "Je viens de la recherche. Je faisais des études de sciences sociales quand j'ai rencontré Elisabeth à Lyon." A Paris, il commence à bosser sur des documentaires en tant qu'auteur ou développeur comme on dit dans le jargon. Ce qui l'a convaincu de participer au projet, c'est Elisabeth évidemment. 

"J'ai toujours estimé ce qu'elle faisait. Même quand on est jeune, on sent quand quelqu'un peut faire de grandes choses. Elle a un univers et cette capacité à te faire rêver et t'embarquer dans son monde." 

Dans l'équipe, ils sont une dizaine à être tout le temps sur le tournage, quarante en tout. Au départ, il n'y a pas de scénario. Le concept c'est d'aller à contre courant du cinéma d'aujourd'hui. "Alors que la France est connue pour ses scènes d'intérieures et ses dialogues très écrits, nous avons fait un film quasiment tout le temps en extérieur avec des dialogues improvisés."

3
Cinéphile
J'aime les cinéma du quartier latin parce qu'on peut faire confiance à leur programmation. On y passe que des bons films. C'est bien qu'ils survivent face aux géants.
Le Champo, Le Grand Action, Le Reflet Médicis, La Filmothèque, Le Cinéma du Panthéon ...
quartier Latin
Paris 5E

    Le film se passe dans un Paris animé par la vraie vie, et l'équipe doit constamment s'adapter aux situations. Comme ce jour de manifestation contre la Loi Travail, "Les CRS avancent, Noémie est dans une scène d'angoisse, elle doit courir et là on a des fumigènes qui partent dans un bruit détonnant et soudain une envolée de pigeon. Rien de tout cela n'était prévu, c'était incroyable".

    Paris est une fête

    Il n'y a pas que le fond qui est innovant dans ce film, il y a aussi la forme. "Il y a un truc vraiment responsabilisant dans la manière dont on a fait le film, la réalisatrice n'était ni la mère de tout le monde, ni un tyran. Chacun savait ce qu'il avait à faire. j'espère qu'on sent dans le film, cette ambiance de confiance ou chacun à trouvé sa place. Par exemple, le preneur de son, choisi ses sons d'ambiances, les acteurs sont leurs propres dialoguistes. Tout cela a pu être possible grâce à Elisabeth qui a laissé énormément de place aux autres et faisait le lien entre tous."

    4
    Coucous
    Une ambiance PMU avec tous les piliers de bars du quartier. Les vendredis et samedis, le couscous est offert avec la pinte et il est très bon!
    Le Grenier
    152 Rue Oberkampf
    Paris 11E

    Avec l'argent récolté lors de la campagne de crowfounding, l'équipe va passer en post production. Un gros boulot les attend encore notamment sur le son. Forcément lorsqu'on tourne en extérieur au milieu d'une vie non maîtrisée et en totale impro, il faut faire quelques retouches "et ça fait continuer le processus d'écriture jusqu'au bout," sourit Paul.

    5
    Cadeau
    La salle est magnifique, l'écran est gigantesque et c'est tenu par des amoureux du cinéma, forcément ça nous parle. On voudrait y inviter tous nos contributeurs.
    Cinéma Max Linder Panorama
    24 boulevard poissonniere
    PARIS 9E

    A la fin du printemps, ils présenteront leur film aux distributeurs. Objectif cinéma: "C'est un film tellement sensoriel, il faut le voir sur grand écran!"

    Quelques mois plus tard...

    L'équipe du film est en joie, Paris est une fête sera diffusé sur Netflix début 2019.

    "Le cinéma est un art avant d’être un lieu", finalement, il vaut mieux que ce film soit accessible à tous plutôt que dans quelques rares salles.


    Newsletter
    Chaque semaine, recevez un bon plan et votre semaine en un clic !